•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs fuites d'hydrocarbures à des installations d'Hydro-Québec

Centrale thermique des Îles-de-la-Madeleine
Centrale thermique des Îles-de-la-Madeleine Photo: Hydro-Québec
Radio-Canada

La fuite d'un oléoduc d'Hydro-Québec aux Îles-de-la-Madeleine en septembre 2014 n'est pas un cas isolé. Radio-Canada a appris qu'il y a eu 22 déversements d'hydrocarbures depuis quatre ans dans les centrales thermiques qui appartiennent à la société d'État, dans le Nord et l'Est de la province.

Depuis 2011, il y a eu 22 déversements dans les centrales thermiques ou les équipements connexes du réseau autonome d'Hydro-Québec, pour un total de 130 000 litres d'hydrocarbures. La majorité a été récupérée, mais 18 de ces 22 déversements ont été causés par des bris d'équipements. Ces déversements ont essentiellement été causés par des bris mécaniques.

Négligence d'Hydro-Québec selon la CAQ

Selon la porte-parole de la CAQ en matière d'énergie, Chantale Soucy, cette information jette un nouveau regard sur le déversement survenu dans le port de Cap-aux-Meules.

Qu'est-ce qu'Hydro-Québec n'a pas compris? Sur les 22 déversements, 19 ont eu lieu dans le Nord du Québec, un à la suite de l'autre, et là on attend une catastrophe comme celle Cap-aux-Meules? Pourquoi Hydro n'a pas agi quand c'était le temps?

Chantale Soucy, porte-parole de la CAQ en matière d'énergie

Le ministère de l'Environnement a transmis plus tôt cette semaine les résultats de son enquête au Directeur des poursuites criminelles et pénales. Ses enquêteurs ont épluchés des dizaines de documents, dont un rapport qui explique dans quel état se trouvait l'oléoduc, quelques mois avant le déversement.

La réponse d'Hydro-Québec

Selon Hydro-Québec, la fuite dans le port de Cap-aux-Meules aurait été causée lors de tests hydrostatiques visant à assurer son étanchéité. Elle fera appel à son vérificateur interne pour analyser les déversements survenus dans les centrales thermiques du nord et de l'est du Québec. Hydro-Québec se défend toutefois d'avoir été négligent précise sa porte-parole, Catherine Bujold.

On note que 17 des 22 déversements sont de 100 litres et moins. Hydro-Québec prend quand même ça au sérieux, peu importe le déversement. Mais dans la majorité des cas, les quantités déversées ont été totalement récupérées.

Catherine Bujold, porte-parole, Hydro-Québec

D'après les informations recueillies par Michel-Félix Tremblay

Est du Québec

Environnement