•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La région de Grand-Pré pourrait bientôt révéler ses secrets

Grand-Pré
Des étudiants de l'Université Saint Mary's effectuent un relevé géophysique à Grand-Pré, en mai 2015. Photo: Gracieuseté de Jonathan Fowler

Des archéologues cherchent les ruines de l'église acadienne de Grand-Pré, en Nouvelle-Écosse depuis 15 ans, et une équipe croit qu'elle se rapproche du but.

Les recherches sont menées par Jonathan Fowler, président de la Société archéologique de la Nouvelle-Écosse et professeur d'anthropologie à l'Université Saint Mary's.

La chapelle commémorative du lieu historique national de Grand-Pré a été construite dans les années 1920 là où on croyait que se dressait autrefois l'église du village. M. Fowler et son équipe vérifient cette théorie en analysant le sol. Les chercheurs utilisent de l'équipement qui, par exemple, relève « l'empreinte magnétique » d'anciens bâtiments.

L'appareil qu'ils utilisent a été mis au point par le géophysicien à la retraite Duncan McNeil, qui fait du bénévolat sur le site. Il explique que les propriétés magnétiques des sols augmentent lorsqu'ils brûlent. Donc, selon lui, l'emplacement d'un édifice qui a brûlé il y a de nombreuses années peut être retrouvé par son empreinte magnétique. Les premiers travaux de l'équipe, ajoute-t-il, ont révélé des signes d'incendies.

Grand-PréDes morceaux d'argile durcis par le feu ont été découverts avec l'équipement électromagnétique. Ils proviennent probablement d'édifices acadiens d'avant la Déportation. Photo : Gracieuseté de Jonathan Fowler

Les chercheurs espèrent aussi trouver les restes d'une trentaine d'autres villages acadiens des environs. M. Fowler précise qu'environ 3000 Acadiens vivaient dans la région avant leur déportation en 1755.

Le bût des chercheurs, explique-t-il, est rassembler les morceaux du casse-tête pour faire une carte de cette communauté détruite. L'emplacement de presque aucun de ces villages disparus n'est connu.

Duncan McNeil, qui fait du bénévolat sur place depuis 15 ans, affirme que les travaux des chercheurs sont très stimulants. Il y a beaucoup à apprendre de Grand-Pré, dit-il. L'équipe essaie de reconstituer le mode de vie des Acadiens à l'époque, une étape à la fois.

Avec les informations de CBC

Histoire

Société