•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver réduit le nombre de comptoirs de vente de marijuana

Un comptoir de vente de marijuana à Vancouver

Un comptoir de vente de marijuana à Vancouver

Photo : Philippe Moulier/ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Seulement 11 comptoirs de vente de marijuana à Vancouver ont passé la première de trois étapes qui doivent être franchies avant de pouvoir fournir du cannabis thérapeutique.

Ces entreprises qui veulent travailler légalement en ville font partie de 176 demandes qui ont été déposées auprès de la municipalité avant la date limite du 21 août 2015.

Lors de la seconde étape prévue en novembre, explique la municipalité, les résidents auront le droit de s'exprimer sur ces magasins de vente de marijuana médicinale dans leurs quartiers.

Les sociétés existantes qui n'ont pas franchi la première étape ont désormais six mois pour trouver un autre endroit répondant aux exigences en matière de zonage. Celles qui n'ont pas fait une demande de licence de commerce avant la date limite du 21 août doivent « fermer leurs portes immédiatement », dit la Ville.

Vancouver exige en effet que tout comptoir de vente de marijuana se trouve à plus de 300 mètres d'une école, d'un centre communautaire ou d'un établissement pour jeunes vulnérables.

Si les comptoirs de vente de marijuana franchissent les trois étapes, ils devront régler une redevance de 30 000 $ annuellement. Les clubs de compassion devront payer 1000 $ par an.

Cependant, certains des comptoirs qui n'ont pas franchi la première étape entendent faire appel à la justice pour obtenir une injonction, affirme le propriétaire d'un de ces magasins, Don Briere.

« Il est tellement injuste que des clients devront parcourir de longues distances pour obtenir leurs médicaments, » dit-il.

La Ville a mis en place de nouveaux règlements en juin pour que les fournisseurs de marijuana vendent leurs produits en bonne et due forme. Le premier ministre désigné Justin Trudeau élu la semaine dernière a indiqué qu'il appuyait la légalisation de la marijuana récréative au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !