•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remise en question de l'avenir des Congrès mondiaux acadiens

Remise en question de l'avenir des Congrès mondiaux acadiens

Un comité consultatif se penche sur l'avenir du Congrès mondial acadien (CMA). Dans un rapport rendu public mardi, plusieurs intervenants acadiens se questionnent sur la pertinence et l'avenir de l'événement culturel acadien.

L'objectif de l'étude n'est pas de remettre en doute les réalisations et le succès des CMA précédents. L'ex-présidente de la Société nationale de l'Acadie, Françoise Enguehard, note que le CMA a fait le tour de l'Acadie, mais qu'elle n'est pas allée en France ni à Terre-Neuve-et-Labrador, où elle reconnaît qu'il serait difficile de tenir un tel événement.

« Il faut s'interroger à savoir si l'événement a atteint ses objectifs, si les investissements qu'il exige sont productifs et s'il y a une autre façon de rassembler les Acadiens. »

L'historien Maurice Basque va encore plus loin en se demandant si la tenue du CMA est toujours pertinente compte tenu des efforts et des ressources que son organisation exige et aussi du fait qu'on aura fait le tour des grandes régions acadiennes.

Méthodologie

La consultation a été menée par le biais d'un sondage auprès de la population acadienne. La Société nationale de l'Acadie a fourni une liste de personnes pouvant participer aux entretiens. 

Le sondage a été réalisé au mois de mars 2015 auprès d'Acadiens et de personnes qui s'intéressent à l'Acadie. On a aussi utilisé les médias sociaux pour recueillir les commentaires.

La plupart des personnes interviewées croient que les Congrès mondiaux acadiens sont encore pertinents et bon nombre disent qu'ils ont eu des retombées pour le peuple acadien au fil des ans, notamment en renforçant le sentiment d'appartenance et de fiertés acadiennes.

La question de retombées économiques est plutôt secondaire pour une bonne partie des répondants. On dit également que s'il doit continuer, le CMA doit innover et revoir son format.

Plus de 10 000 personnes ont participé au Tintamarre dans le cadre du CMA 2014, au Maine.Plus de 10 000 personnes ont participé au Tintamarre dans le cadre du CMA 2014, au Maine. Photo : Nicolas Steinbach

Dans l'ensemble, les répondants jugent que toutes les activités du CMA sont importantes. La majorité des répondants croient cependant que les CMA sont trop longs.

L'organisation du CMA autour du 15 août semble aussi diviser les répondants. Certains d'entre eux évoquent le fait qu'il ne faut pas dissocier la fête nationale du 15 août du CMA, alors que d'autres sont d'avis qu'il faudrait être plus souple afin de tenir compte de certaines caractéristiques régionales.

Conclusion

À la suite des résultats obtenus, le CMA semble devoir composer avec des objectifs identitaires qui permettent de raffermir le sentiment d'appartenance, de faire connaître l'Acadie à des personnes d'ascendance acadienne ou à ceux et celles qui s'intéressent à l'Acadie.

Les personnes consultées souhaitent que le CMA reflète à la fois une Acadie généalogique et une Acadie linguistique. Le CMA doit refléter aussi l'Acadie d'aujourd'hui, sa société actuelle, tout en servant de tremplin à l'Acadie de demain.

Réactions

Le président de la Société nationale de l'Acadie, René Cormier, fait partie de ceux qui souhaitent que l'événement prenne une nouvelle forme.

« Je crois que les Congrès mondiaux acadiens doivent se renouveler. Ils ne peuvent pas continuer à être ce qu'ils ont été, dans le format actuel. »

Le président de la Fédération des associations de familles acadiennes (FAFA), Jean Gaudet, est plus cinglant. 

Jean GaudetJean Gaudet Photo : André Maillet

« Il est clair dans notre esprit que si les familles acadiennes n'étaient pas représentées dans la suite des Congrès mondiaux acadiens, il y aurait beaucoup moins de participation. Je ne suis pas content, parce que les familles qui sont toujours membre de la FAFA veulent avoir une meilleure reconnaissance et être impliquées. Nos familles de la FAFA ne seront certainement pas heureuses de cet élément du rapport aujourd'hui », a conclu Jean Gaudet.

Acadie

Société