•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parcours de peur à Trois-Rivières : « le personnage principal, c'est la prison »

La Vieille prison de Trois-Rivières accueille Damnés! jusqu'au 14 novembre

La Vieille prison de Trois-Rivières accueille Damnés! jusqu'au 14 novembre.

Photo : ICI Radio-Canada/Michelle Raza

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Vieille prison de Trois-Rivières est le théâtre de Damnés! Le parcours de peur est mis en scène pour une cinquième année par l'entreprise Productions Hérôle. Le théâtre, mais aussi l'âme de cette activité immersive, puisque le lieu en soi donne déjà froid dans le dos.

Un texte de Michelle RazaTwitterCourriel

Après avoir mis en scène des zombies et une épidémie meurtrière, les créateurs se sont inspirés cette année de l'ambiance qui règne entre les murs de pierre de la prison, construite au 19e siècle. Ses cellules, ses cachots, ses corridors, tout rappelle que des hommes ont passé leur vie ou attendu leur dernière heure entre ses murs.

« Je suis particulièrement content cette année que notre scénario joue comme il le fait avec la réalité et la fiction », explique Éric Paul Parent, copropriétaire des Productions Hérôle, qui est aussi derrière le parcours de peur au Morrin Center à Québec. « Le personnage principal de Damnés! c'est la prison. Le lieu lui-même nous a inspiré la trame du parcours. »

La Vieille prison de Trois-Rivières

La prison de Trois-Rivières accueillit ses premiers prisonniers en 1819. Jusqu'à sa désaffectation pour insalubrité en 1986, la prison de Trois-Rivières constituait le plus ancien établissement carcéral en usage au Québec et au Canada.

Source : FAR – Histoire de Trois-Rivières (Ville de Trois-Rivières)

La prémisse, c'est que le premier parcours de peur il y a cinq ans a réveillé les fantômes et que cette année, les damnés de la prison ont décidé de chasser les vivants. Les participants entrent donc dans l'univers des esprits, qu'ils interpellent avec une planche « ouija » et qui les guettent dans la noirceur de la prison.

Une heure avant la représentation, la douzaine de comédiens se prépare. Deux maquilleuses creusent les cernes des faux fantômes. On répare une hache (en mousse) abîmée, parce que maniée avec trop de force. C'est l'heure des retrouvailles pour ceux qui, dans quelques minutes, se feront un malin plaisir de faire peur aux visiteurs.

L'ambiance est légère, mais une fois les lumières éteintes, il en va tout autrement. « Je dirais que pendant que j'attends les participants seul dans mon coin, il faut parfois que je me parle », admet le comédien Steve Ka Côté. « On sent qu'il s'est passé ici des choses pas drôles du tout », renchérit son comparse Jimmy Malenfant.

Sept pendaisons ont eu lieu à la prison de Trois-Rivières (la dernière a eu lieu en 1934). Des cachots souterrains étaient aussi réservés aux prisonniers récalcitrants.

Les comédiens refusent d'entrer dans ce qu'ils appellent « la cellule des condamnés », mais s'empressent d'y enfermer quelques minutes la journaliste qui s'y est mis le nez. L'air dans la cellule est lourd, c'est vrai. Seulement deux lits à étage et des murs de pierre, mais c'est suffisant pour que l'imagination s'emballe.

Le parcours de peur, présenté jusqu'au 21 novembre, s'adresse aux gens de 16 ans et plus et n'est pas pour les cœurs sensibles. Comme l'avoue Éric Paul Parent : « notre but, c'est que vous n'ayez pas envie de rester ici, une fois le tour terminé. »

D'autres parcours de peur en Mauricie/Centre-du-Québec

Le Village québécois d'antan de Drummondville devient hanté pour une huitième année consécutive. Il innove cette année avec l'installation d'un parcours effrayant en forêt de 1,8 kilomètre et la transformation du belvédère en un univers de forains macabres. Plus de 100 comédiens animent 25 lieux de hantise les vendredis et samedis jusqu'au 31 octobre.

À La Tuque, la Maison de jeunes du Haut-Saint-Maurice se fera maison de l'horreur le vendredi 30 octobre. 20 acteurs alimenteront le suspense dans cinq tableaux d'horreur, sur deux étages.

Le centre communautaire de Batiscan se transformera en maison hantée samedi à l'occasion de l'Halloween. Un parcours pour les tout-petits sera animé en après-midi, tandis que les amateurs de sensations fortes seront attendus en soirée.

Samedi le 31 octobre, petits et grands sont conviés à une visite inédite des lieux généralement cachés du Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières. Une chance unique d'explorer les catacombes ou de visiter l'arrière-scène du ciné-campus.

La Quête des Enfants Perdus de Saint-Mathieu-du-Parc se tiendra samedi après-midi au Duché de Bicolline. Pour l'occasion, le village se transforme en parcours participatif pour accueillir la neuvième édition de ce grand jeu, qui s'articule cette année autour des contes des frères Grimm.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !