•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recherche des épaves de la bataille du Saint-Laurent : des indices découverts

La Bataille du Saint-Laurent
La Bataille du Saint-Laurent Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le Centre Interdisciplinaire de Développement en Cartographie des Océans (CIDCO) et le chasseur d'épaves Samuel Côté sont en mission en vue d'identifier des navires coulés en 1942, lors de la Bataille du Saint-Laurent.

Un texte de Michel-Félix TremblayTwitterCourriel

La semaine dernière, le navire Coriolis II a cartographié des secteurs au large de Cloridorme en Gaspésie, où Samuel Côté croit que les épaves du Nicoya et du Léto reposent. Ces navires marchands sont les deux premières « victimes » des U-Boat allemands dans le Saint-Laurent.

Des formes irrégulières s'apparentant à des épaves ont été captées, mais il faudra d'autres analyses, et peut-être même des plongées avec un sous-marin automatisé pour savoir s'il s'agit bien de ces deux navires.

Cette mission s'inscrit dans le cadre du projet « Vivez la bataille du Saint-Laurent à travers ses épaves », initié par l'historien Samuel Côté.

On va aller dans les profondeurs pour dévoiler les mystères de la Bataille du Saint-Laurent, lever le voile sur cette guerre méconnue

Samuel Côté, historien

Samuel Côté souhaite pouvoir identifier le plus d'épaves possibles, à temps pour le 75ième anniversaire de la Bataille du Saint-Laurent. 

« J'ai fait du travail en amont, mais maintenant je dois analyser les images du CIDCO pour valider qu'il s'agit des épaves que nous cherchons ».

La Bataille du Saint-Laurent, une histoire qui refait surface

carte-golfe-u-boat-bataille-1942carte-golfe-u-boat-bataille-1942 Photo : page Facebook, Samuel Côté, chasseur d'épaves

Les U-Boat ont fait la loi dans le St-Laurent entre mai et octobre 1942, coulant 21 navires marchands qui devaient ravitailler l'Europe. 250 personnes sont mortes noyées, dont des passagers du traversier Caribou qui reliait le Cap-Breton et Terre-Neuve.

La municipalité de Grande-Vallée souhaite faire connaître à un plus large public cet épisode méconnu de l'histoire du pays. Le concept de ce centre d'interprétation a été trouvé et les coûts du projet sont maintenant connus. Grande-Vallée aimerait inaugurer son centre d'interprétation sur la bataille du Saint-Laurent en 2017, soit 75 ans après les premiers torpillages.

Recherches au large de Forillon 

L'équipe du CIDCO pense aussi avoir cartographié d'autres épaves de la bataille du St-Laurent au large de Forillon. Une nouvelle mission s'organise dès cette semaine pour y jeter un oeil de plus près. « On a trouvé des formes qui pourraient être des épaves et là on y retourne pour en avoir le coeur net »,  explique l'hydrologue du CIDCO Coralie Monpert.

Le projet est financé par Patrimoine Canada.

Bas-Saint-Laurent

Histoire