•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Raptors rebondissent à Montréal

Les Raptors au Centre Bell vendredi soir
Radio-Canada

Le Centre Bell vibrera au rythme des rebondissements du basketball, vendredi soir, dans le cadre de la visite annuelle des Raptors de Toronto et de la NBA.

Un texte de Jean-François ChabotTwitterCourriel

La seule équipe canadienne du circuit est à Montréal afin d'y jouer son dernier match préparatoire en affrontant les Wizards de Washington. Les deux équipes présentent des fiches identiques de 4 et 2.

Cette année encore, les organisateurs, les Raptors et les dirigeants de la NBA pourront se frotter les mains d'aise en constatant que le domicile du Canadien de Montréal sera plein à craquer.

Même si l'on parle d'une soirée événementielle, la popularité du basketball ne se dément pas auprès de la jeunesse du Québec et du Grand Montréal.

Se rapprocher des partisans

En plus de la vedette qu'est leur garde Kyle Lowry, les Raptors disposent de deux ambassadeurs de premier plan pour s'adresser au public francophone de Montréal.

L'un d'eux, le Congolais Bismack Biyombo, est enthousiaste à l'idée de venir promouvoir son sport ici.

Bismack BiyomboBismack Biyombo Photo : ICI Radio-Canada Sports

« C'est un plaisir pour moi d'être ici et de jouer là où il y a beaucoup de francophones. Ça fait longtemps aussi que je n'ai pas eu l'occasion de parler français », a d'abord avoué Biyombo, un souriant géant de 2 m 6 (6 pi 9 po) et 112 kg (255 lb).

« C'est important pour nous de nous rapprocher de nos fans qui nous voient à la télé, mais qui n'ont pas souvent l'occasion de voir des matchs en personne. Nous avons eu la chance d'effectuer cette grande tournée à travers le Canada. Ça permet au basket de s'épanouir partout au pays » a souligné le jeune homme de 23 ans, qui s'est joint aux Raptors au cours de l'été, après avoir passé quatre saisons avec la formation de Charlotte.

En ajoutant le Français Axel Toupane, originaire de Strasbourg, on peut dire que les Raptors comptent dans leurs rangs un francophone de moins que les Maple Leafs (Bernier, Parenteau et Robidas) et le même nombre que le Canadien (Desharnais et Mitchell).

Éliminés au premier tour éliminatoire au cours des deux dernières saisons, les Raptors (49-33 l'an dernier) espèrent sans doute une conclusion moins hâtive.

En attendant, les amateurs présents au Centre Bell assisteront à un spectacle de qualité, les deux équipes ayant choisi d'y aller avec leurs partants habituels à l'aube de la nouvelle saison.

Les Raptors ouvriront la leur mercredi au Centre Air Canada, face aux Pacers d'Indianapolis.

Basketball

Sports