•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commémoration à Ottawa des attentats au parlement et à Saint-Jean-sur-Richelieu

Des fleurs ont été déposées devant le parlement d'Ottawa, à la mémoire du caporal Nathan Cirillo, mort sous les balles. (23-10-14)

Des fleurs ont été déposées devant le parlement d'Ottawa, à la mémoire du caporal Nathan Cirillo, mort sous les balles. (23-10-14)

La Presse canadienne

La capitale fédérale soulignera ce matin le premier anniversaire des attaques meurtrières ayant tué deux militaires en sol canadien.

Plusieurs observateurs estimaient que le pays avait « perdu son innocence » le matin du mercredi 22 octobre 2014, peu après 9 h.

Le caporal Nathan Cirillo, 24 ans, a été tué par balle pendant qu'il tenait la garde d'honneur devant le Monument commémoratif de guerre du Canada, adjacent à la colline du Parlement. De cet endroit, le tireur solitaire s'est précipité vers le parlement et s'est présenté aux portes principales sous la Tour de la Paix avant de mourir dans un imposant échange de coups de feu, dont ceux tirés par le sergent d'armes de la Chambre des communes.

Quarante-huit heures plus tôt, l'adjudant Patrice Vincent, 53 ans, avait été happé mortellement par le sympathisant djihadiste Martin Couture-Rouleau, à Saint-Jean-sur-Richelieu, en Montérégie.

Dans les mois qui ont suivi, des lacunes de longue date dans la sécurité sur la colline du Parlement ont été mises au jour, et une nouvelle loi antiterroriste controversée a été adoptée. Il n'y a pas eu d'autres attaques, aucun complice n'a été identifié, et les conservateurs de Stephen Harper, après avoir notamment fait campagne sur un programme musclé l'ordre public, ont subi un échec aux élections fédérales lundi.

L'expert en matière de sécurité et professeur à l'Université d'Ottawa Wesley Wark a affirmé, en rétrospective, que les Canadiens avaient montré « un calme et une résilience remarquables », une réaction tout à fait souhaitable, selon lui, à l'égard d'une telle attaque.

La résilience et le calme étaient d'autant plus impressionnants qu'il s'agissait des premières attaques terroristes à survenir au Canada dans l'ère des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Je crois qu'il est important de se souvenir de cette réponse.

Wesley Wark, professeur à l'Université d'Ottawa

Jeudi matin, au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa, M. Harper, le gouverneur général David Johnston, et le premier ministre désigné Justin Trudeau prendront part aux commémorations, aux côtés de membres des familles de MM. Cirillo et Vincent, de soldats du régiment de réservistes de M. Cirillo, de premiers répondants et de policiers.

Il y aura aussi une salve de 21 coups d'artillerie et le passage de quatre avions de combat CF-18, une démonstration similaire aux cérémonies du jour du Souvenir.

La proposition initiale pour la cérémonie de jeudi, selon des sources au ministère de la Défense, consistait en un simple dépôt de couronnes accompagné par des cornemuses. D'autres ministères se sont impliqués, proposant d'offrir le transport au régiment de M. Cirillo et à sa famille jusqu'à Ottawa pour la cérémonie.

Éventuellement, le bureau du premier ministre s'est prononcé, et le ministère de la Défense a revu ses plans pour un déploiement militaire beaucoup plus élaboré.

Société