•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Statut bilingue de la GRC de Carman : la communauté sera consultée

Insigne de la Gendarmerie royale du Canada

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) de Carman organise un forum communautaire le mardi 27 octobre, pour discuter de l'importance des services en français dans ce détachement du sud-ouest du Manitoba.

Le bureau de la GRC de Carman pourrait perdre son statut bilingue, suite à une récente réévaluation.

« C'est une révision qui est faite par le Secrétariat du Conseil du trésor tous les dix ans », explique Loretta Beaudet, gestionnaire des programmes de langues officielles de la GRC pour la région du Nord-Ouest. « On revoit les données du plus récent recensement concernant les langues officielles [dans ce cas-ci, de 2011], pour déterminer s'il existe encore l'obligation d'offrir le service dans les deux langues. »

La région de Carman serait passée en dessous des 5 % de francophones nécessaires pour maintenir cette obligation.

Loretta Beaudet précise toutefois que le changement de désignation n'est pas encore en vigueur. « Il reste une condition : il faut faire des consultations avec les communautés. » Les services en français seront garantis jusque là. 

Préoccupations

La communuaté de Notre-Dame-de-Lourdes dans le sud du ManitobaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La communuaté de Notre-Dame-de-Lourdes dans le sud du Manitoba

Photo : ICI Radio-Canada

Pour Diane Bazin, gestionnaire du Réseau communautaire, cette nouvelle a été une surprise.

« C'est vrai que les communautés francophones - comme Notre-Dame-de-Lourdes ou Saint-Léon par exemple - sont desservies par un autre détachement, à Treherne, reconnaît-elle. Mais ces communautés sont aussi proches de Carman, et les gens de la région passent très souvent par Carman. C'est quand même très important qu'on ait les services dans les deux [détachements]. »

Le président-directeur général de la Société franco-manitobaine (SFM), Daniel Boucher, croit qu'il faut prendre en considération la vie communautaire, quand on évalue la désignation bilingue d'un service public.

« Je pense que ce qui arrive souvent, c'est qu'on ne tient pas compte de l'environnement tout autour, la vitalité communautaire. On regarde seulement les chiffres, et le contexte de ces chiffres est souvent discutable. »

— Une citation de  Daniel Boucher, président-directeur général, SFM

La SFM a l'intention de participer aux consultations. Diane Bazin, de son côté, encourage tous ceux qui sont préoccupés par « la perte d'un acquis » à faire entendre leur voix.

Le forum aura lieu le 27 octobre 2015 à 10 h, à la caserne de pompiers de Carman.

À l'issue des consultations, la GRC remettra un rapport avec les commentaires du public au Conseil du trésor. « Ça prendra quelques mois avant que le rapport soit finalisé », prévient Loretta Beaudet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !