•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La victoire des libéraux fait rêver l’industrie de la marijuana

Un joint allumé devant le parlement à Ottawa.

Un joint allumé devant le parlement à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Pawel Dwulit

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La promesse du premier ministre désigné Justin Trudeau de légaliser et réglementer la marijuana profite aux fournisseurs de cannabis cotés en bourse en raison des revenus qu'ils risquent de générer à l'avenir.

« Un des plus grands risques [avant la défaite des conservateurs] venait du gouvernement. On ne savait pas ce qu'il allait faire et ceci créait beaucoup d'incertitude, » dit l'ancien député de Vancouver-Sud Herb Dhaliwal qui préside une société de cannabis, National Green BioMed.

Depuis la victoire des libéraux lundi, les cours des actions des fournisseurs de marijuana ont beaucoup grimpé et M. Dhaliwal espère que le nouveau gouvernement clarifiera bientôt les règles du marché.

Justin Trudeau n'a pas précisé quand il comptait faire avancer le dossier, mais si la marijuana récréative venait à être autorisée au Canada, l'industrie pourrait voir un choc des cultures au sein des entreprises.

Selon Troy Dayton, le chef de la direction du ArcView Group, une société californienne qui facilite le financement de compagnies spécialisées dans la marijuana, les hommes d'affaires en cravate devront s'habituer à des collègues en t-shirt habitués à travailler dans une économie souterraine.

« Vous avez une industrie qui est dominée au début par des gens qui ont un lien culturel [avec le produit], dit M. Dayton. Cette façon de penser est ensuite modifiée par le pouvoir de l'argent.

Il rappelle aussi qu'Ottawa doit faire attention à ne pas trop taxer les sociétés de marijuana, car les consommateurs pourraient alors retourner à l'industrie illégale qu'ils connaissent bien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !