•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Temps difficiles pour les usines du Groupe Lebel dans l'Est du Québec

Réouverture de la scierie du Groupe Lebel, à Cap-Chat

Réouverture de la scierie du Groupe Lebel, à Cap-Chat

Photo : ICI Radio-Canada/Lisa-Marie Bélanger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les temps sont difficiles pour les scieries du Groupe Lebel dans l'Est du Québec. Les travailleurs de trois usines situées à Cap-Chat, en Gaspésie, ainsi qu'à Saint-Joseph-de-Kamouraska et à Dégelis, au Bas-Saint-Laurent, subiront des compressions.

Ainsi, la Haute-Gaspésie doit encaisser un autre coup dur après la fermeture du musée Exploramer. Les 15 employés de la scierie de Cap-Chat, rouverte en août après avoir été fermée pendant trois ans, se retrouveront au chômage un mois plus tôt que prévu.

Le groupe Lebel vient de leur annoncer qu'il fermera les portes de l'usine à la fin octobre. Selon l'entreprise, la réouverture prévue au printemps demeure incertaine.

La situation est la même pour la quinzaine d'employés de l'usine de Saint-Joseph-de-Kamouraska de même qu'à Dégelis dans le Témiscouata, où une quinzaine d'employés qui travaillent de nuit voient leur emploi supprimé.

Selon les dirigeants de l'entreprise, le marché du bois d'oeuvre est au ralenti et les coûts de production sont élevés. À cela s'ajoute la fin de l'entente Canada-États-Unis qui crée un climat d'incertitude et d'inquiétude dans l'industrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec