•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le changement d'heure : vraiment utile ?

Un ouvrier nettoie des horloges

Photo : Brian Snyder/Reuters

Radio-Canada

Le changement d'heure deux fois par année vise à réduire la consommation d'énergie, mais qu'en est-il vraiment? Et cette réduction contestée est-elle suffisamment importante pour justifier la perturbation du sommeil de millions de Canadiens? Explications.

Un texte de Gabrielle Michaud-SauvageauTwitterCourriel

Différentes études réalisées aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie notamment, concluent tour à tour que l'heure avancée réduit de façon limitée la consommation d'énergie, n'a pas d'impact ou même qu'elle augmente légèrement la consommation d'électricité.

Quoi qu'il en soit, le nombre d'études sur la question des économies d'énergie reste très limité, souligne Werner Antweiler, professeur d'économie à l'école de gestion Sauder de l'Université de la Colombie-Britannique.

« Il y a eu très peu d'études sur les effets de l'heure avancée, même si la politique a été adoptée à l'origine en Allemagne durant la Première Guerre mondiale, alors il y a environ 100 ans ».

Les lampadaires avec des ampoules à diode électroluminescente de Welland

Les lampadaires avec des ampoules à diode électroluminescente de Welland

Photo : Radio-Canada/Mark Chambers

L'heure avancée doit permettre de réduire l'utilisation de l'éclairage le soir, mais aujourd'hui, l'éclairage représente moins de 4 % de la consommation d'énergie résidentielle, explique Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal et titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie.

Dans les dernières années, souligne-t-il, les ampoules incandescentes ont été remplacées par des sources lumineuses bien moins énergivores. « Je questionne très fortement l'impact en gain énergétique [qu'a le changement d'heure]. Si on n'a pas ce gain-là, eh bien, je ne sais pas quel genre de gain on peut avoir. »

On a une habitude de changer l'heure qui est parfaitement absurde, qui ne correspond à rien du tout, qui crée en fait des désagréments parce qu'il faut réajuster les montres et les appareils électroménagers et qui cause des retards pour les gens qui n'ont pas ajusté l'heure.

Une citation de Pierre-Olivier Pineau

Avancer et reculer les horloges deux fois par an semble donc assez futile, selon lui. « Ce n'est pas l'éclairage qui est la priorité en termes de consommation d'électricité, au Canada le chauffage est bien plus prioritaire. », affirme-t-il.

Il suggère de mieux isoler les résidences, d'utiliser des thermostats programmables, et d'utiliser des appareils efficaces au niveau énergétique.« Tout ça, ce sont des choses qui sont beaucoup plus importantes que de simplement changer l'heure », estime Pierre-Olivier Pineau.

Le changement d'heure décale l'heure à laquelle nous voyons le soleil se lever et se coucher.

Le changement d'heure décale l'heure à laquelle nous voyons le soleil se lever et se coucher.

Photo : ICI Radio-Canada

Le changement d'heure nuit-il au sommeil ?

Pour la plupart des gens, ajouter ou enlever une heure de sommeil ne cause des perturbations que durant une journée ou deux. Mais certaines personnes en ressentiront des effets plus longtemps, explique Diana McMillan, professeure au département de sciences infirmières à l'Université du Manitoba, et spécialiste dans l'étude du sommeil.

Un décalage d'une heure peut perturber la durée et la qualité du sommeil pendant plusieurs jours.

Une dame qui ne peu dormir regarde son reveil-matin

Photo : iStock

« Du point de vue du sommeil, il y a des défis. Cette période de transition est difficile pour certaines personnes, en général pour ceux qui sont aux extrêmes : ceux qui dorment peu sont plus à risque, je dirais. Alors leur perturbation pourrait durer une semaine. »

Reculer l'heure en automne n'a pas nécessairement d'effet très positif non plus, selon Diana McMillan. Si on se couche plus tard, l'horaire de sommeil peut être perturbé également et beaucoup de gens n'utilisent pas toute cette heure supplémentaire pour dormir.

Les personnes qui souffrent de dépression, de bipolarité ou de trouble affectif saisonnier sont également plus vulnérables aux changements d'heure, explique-t-elle. 

Il y a clairement un effet pour le printemps et pour l'automne. Je pense que nous devrions être conscients de ça.

Une citation de professeure au département de sciences infirmières à l'Université du Manitoba

Joseph De Koninck, un professeur de psychologie spécialisé dans l'étude du sommeil à l'Université d'Ottawa, explique que même un changement d'une heure a des répercussions plus larges sur la santé.

« Il y a une diminution dans la capacité de décision, de mémoire, tout en fait, à peu près tout est affecté. On devient plus sensible aux maladies, le système immunitaire s'affaiblit et quand on est privés de sommeil, on a tendance à manger plus, manger trop. »

Joseph De Koninck conclut qu'il faudrait se débarrasser du changement d'heure.  « Si artificiellement, on change l'heure, on fait une perturbation dans notre horloge biologique qui n'est pas nécessaire [...] qui plutôt a un effet négatif. C'est pour ça que je ne le recommande pas du tout. »

Pourquoi conserve-t-on le changement d'heure ?

« Je pense qu'en partie c'est la tradition, les gens y sont habitués », croit Werner Antweiler. « En même temps, les gens ne savent pas quels sont les coûts et les bénéfices d'un changement. [...] Je crois [aussi] que les politiciens sont réticents à changer ça parce qu'ils ne savent pas si c'est quelque chose de populaire ou non. »

Les sportifs et des amateurs de terrasses, notamment, apprécient sûrement l'heure supplémentaire le soir durant l'été.

L'heure avancée d'été permet à plusieurs de passer plus de temps à profiter du soleil sur une terrasse.

Photo : ARForest/Radio-Canada

Et décider d'abolir le changement d'heure ne serait pas chose simple, explique Pierre-Olivier Pineau, compte tenu des forts liens économiques entre les quelque 70 pays qui l'utilisent. Le Canada a notamment suivi les États-Unis lorsque ce pays a décidé de modifier ses dates du changement d'heure, principalement pour ne pas perturber le commerce transfrontalier.

« Garder une heure uniforme tout au long de l'année aurait probablement beaucoup plus de sens, mais demanderait de gros efforts. Il faudrait mettre tout le monde d'accord et il y aurait toujours des gens pour qui le statu quo est intéressant ». 

Pour trancher la question, Werner Antweiler propose de demander l'avis de la population sur cette politique qui touche la vie quotidienne de tous les Canadiens.

« La conclusion pour moi est que nous devrions demander aux Canadiens : "Aimez-vous le changement d'heure d'été ou non ?", et si le verdict est : "Nous n'aimons pas ça", peut-être devrions-nous l'abolir. »

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Alberta

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Alberta.