•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eaux usées: 101 municipalités sont fautives, dont Chute-aux-Outardes

Un déversement d'eaux usées

Un déversement d'eaux usées

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Montréal n'est pas la seule ville à devoir déverser ses eaux usées dans le Saint-Laurent. 101 municipalités québécoises rejettent en permanence leurs égouts dans la nature, sans traitement ni filtration. Le quart d'entre elles, dont Chute-aux-Outardes, près de Baie-Comeau, s'exécutent directement dans le fleuve.

Chaque jour, la rivière aux Outardes reçoit 850 000 litres de liquide souillé, qui se retrouve ensuite dans le fleuve Saint-Laurent. La municipalité de 1600 habitants rejette ainsi 310 millions litres d'eaux usées par année, depuis les années 50.

Le directeur général de l'Organisme de bassin versant Manicouagan, Normand Bissonnette est au fait de la situation:

Certaines municipalités ont un traitement primaire, d'autres, c'est directement dans les cours d'eau. Ç'a jamais été acceptable, mais souvent c'est ignoré.

Une citation de :Normand Bissonnette, OBV Manicouagan

À Ragueneau, la municipalité voisine, le maire Joseph Imbeault reconnaît que la situation n'est plus acceptable. Les eaux usées de sa municipalité sont traitées de façon primaire, mais une partie prend la même direction. Le banc de myes de Ragueneau a d'ailleurs été fermé à la cueillette, en raison de l'impact des rejets sur l'écosystème.

C'est quand même pas normal qu'on déverse nos égouts en 2015, qu'on déverse encore nos égouts dans nos rivières et dans notre fleuve. Il faut faire quelque chose, et on a la volonté de le faire, et on va le faire.

Une citation de :Joseph Imbeault, maire de Ragueneau

Le traitement des eaux usées représente des coûts importants pour les municipalités. Certaines d'entre elles n'ont pas encore terminé la mise aux normes de leur réseau d'eau potable. Pour plusieurs, c'est donc une question d'argent, mais aussi de priorités.

Les localités qui possèdent un réseau d'égouts ont jusqu'à la fin de cette année pour déposer un plan d'action, et jusqu'au 31 décembre 2020 pour aménager une station d'épuration.

D'après le reportage de Roxanne Simard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec