•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une loi qui protègera les services en français au Manitoba

Le premier ministre du Manitoba, Greg Selinger

Le premier ministre du Manitoba, Greg Selinger

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les services en français au Manitoba pourraient bientôt être protégés par une loi provinciale. Le premier ministre du Manitoba, Greg Selinger, annonce que son gouvernement déposera une loi en ce sens avant la fin de l'année.

Un texte de Denis-Michel ThibeaultTwitterCourriel

M. Selinger a profité de la tribune qui lui était offerte lors de l'assemblée générale annuelle de la Société franco-manitobaine (SFM) pour en faire l'annonce.

Pour l'instant, les détails de la loi ne sont pas encore connus. Cependant, le premier ministre affirme qu'elle devrait permettre de protéger les services en français tout en offrant « une nouvelle définition de la francophonie ».

Il s'agit d'un revirement pour le gouvernement néo-démocrate, qui avait déjà affirmé qu'il ne caressait pas l'idée d'une loi sur les services en français.

Les membres de la SFM se sont réjouis de l'annonce du dépôt d'un projet de loi dans un avenir rapproché, parce qu'elle permettra d'asseoir solidement les acquis de la communauté francophone au Manitoba.

C'est un énorme pas parce que ça permet d'encadrer d'une façon législative toutes les initiatives qui tombent sous la politique des services en français.

Jacqueline Blay, présidente de la SFM

Selon le directeur général de la SFM, Daniel Boucher, cette nouvelle loi offrirait un statut juridique à tous les droits et services en français acquis au fil des ans.

Des provinces comme l'Ile-du-Prince-Edouard, l'Ontario ou la Nouvelle-Écosse se sont toutes dotées de ce type de loi dans le passé.

Des nouveaux visages au conseil d'administration

C'était aussi soir d'élection pour la SFM, qui devait pourvoir à six postes à son conseil d'administration.

La présidente intérimaire Jacqueline Blay, a été élue sans opposition. Elle prend donc officiellement la tête du conseil d'administration.

Emmet Collins a remporté le poste de vice-président du conseil d'administration tandis que Blandine Tona devient la nouvelle secrétaire-trésorière de la SFM.

Paulette Dupont a été élue sans opposition pour un mandat de 2 ans en tant que conseillère pour la région Est.

Les membres de la SFM ont aussi élu deux autres conseillers pour les régions rurales et urbaines : Nicolas Audette et Stéphany Halikas.

Rectificatif : Une version précédente de ce texte indiquait à tort que le nouveau conseil d'administration aurait comme premier mandat de décortiquer les données recueillies dans le cadre des États généraux de la francophonie manitobaine.

Ce travail sera plutôt effectué par des chercheurs de l'Université de Saint-Boniface, qui prépareront un rapport qui sera présenté au comité directeur des États généraux avant d'être rendu public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !