•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes, oubliées des élections 2015?

Le reportage de Laurence Martin

Plus que quelques jours à cette longue campagne électorale. Il aura été beaucoup question du niqab, que Stephen Harper a qualifié de produit d'une culture « anti-femmes ».   

Mais qu'en est-il des autres enjeux qui touchent des millions de femmes canadiennes, comme la conciliation famille-travail ou la précarité des mères monoparentales? Voici le quatrième reportage de notre série sur les oubliés des élections.

Un dossier de Laurence MartinTwitterCourriel et de Valérie OuelletTwitterCourriel

Dans la cuisine de son petit appartement du nord-est de Toronto, Mariama Idarousse fait frire des samosas, un repas économique si on achète la viande en spécial. 

Après un passage dans un refuge pour femmes et plusieurs mois dans un appartement mal chauffé et infesté de vermine, elle a enfin trouvé un chez-soi pour elle et son fils de quinze ans.

Le hic : l'appartement de deux chambres lui coûte 1200 $ par mois, tandis que son budget mensuel est d'environ 1400 $.

Toutes les femmes - même dans la classe moyenne - je crois qu'elles souffrent à cause du problème de logement. Ne parlons même pas des pauvres, des femmes en recherche d'emploi, des femmes vulnérables et des femmes en situation de violence.

Mariama Idarousse, mère monoparentale

Elle aurait voulu que les chefs de partis parlent davantage d'accès au logement abordable, d'inéquité salariale et de la difficulté à trouver un emploi pour les mères monoparentales.

Légende. Photo : R-C/Valérie Ouellet

Maman et professionnelle : un double défi

Rose Cathy Handy prend quelques minutes entre deux courriels pour nous parler dans une salle de classe où elle donne de la formation aux adultes.

Une rare pause dans la journée de cette mère de deux enfants, qui est aussi consultante pour des Canadiens bilingues à la recherche de travail.

Sa journée commence vers 5 h 30 du matin et se termine souvent tard le soir.

Elle espérait que la longue campagne permettrait aux chefs de débattre d'enjeux entourant les droits des femmes, mais à son avis « le niqab et la question des réfugiés syriens ont complètement détourné le débat. »

1500 $ [en crédit d'impôt] par année, ça change quoi dans la vie d'une femme? Je peux vous en citer 20, 30, 40 même des femmes qui sont mariées, pour qui la meilleure solution était d'abandonner le travail et de rester à la maison pendant 2 ou 3 ans après avoir eu un enfant.

Rose Cathy Handy, mère et femme d'affaires

Elle veut savoir pourquoi il n'y a pas plus de garderies dans les milieux de travail ou d'établissements ouverts plus tard le soir, pour accommoder les professionnelles comme elle.

Légende. Photo : R-C/Valérie Ouellet

Suivez notre série de reportages « Les oubliés des élections » jusqu'au scrutin du 19 octobre, en ligne et sur les ondes d'ICI Radio-Canada

Société