•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hareng fumé : un partenariat historique

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis près d'un demi-siècle, les Acadiens et des gens des Maritimes s'impliquent en Haïti. Des religieuses ont construit des écoles et des dispensaires, d'autres ont formé des milliers de paysans et plusieurs initiatives ont aussi permis de mettre sur pied des coopératives agricoles. Ces Canadiens ont consacré beaucoup de temps, parfois leur vie, pour améliorer le sort des Haïtiens. Nous nous retrouvons à un tournant dans cette longue relation alors que des missions humanitaires se terminent et que de nouvelles débutent.

Une équipe de Radio-Canada Acadie s'est rendue à Haïti pour témoigner de cette expérience humanitaire. Aujourd'hui, elle vous présente un reportage sur un lien commercial entre l'Acadie et Haïti.

Un texte de Nicolas Steinbach TwitterCourriel

PORT-AU-PRINCE, HAÏTI

De Cap-Pelé à Port-au-Prince, nous partons sur la piste du hareng fumé. Les liens commerciaux entre le Nouveau-Brunswick et le pays le plus pauvre des Amériques ont survécu au cours des décennies, traversé des révolutions, des coups d'État et des tremblements de terre.

Le hareng fumé est maintenant bien implanté dans les habitudes culinaires des Haïtiens et se retrouve autant à l'épicerie de Port-au-Prince qu'à la cantine du petit village de Phaëton.

Quelques chiffres sur le hareng fumé en Haïti :

  • Coût d'achat : 21 $ américain pour une caisse de 18 livres (60 à 80 poissons par boîte). Il en coûte 28 $ américain pour l'importateur après les frais de transport, de douane et de manutention.
  • Lucien Rousseau importe de 5 à 6 containers (2816 caisses par container) de hareng fumé par mois. Ça représente environ 3700 tonnes par année.
  • 90% des usines de Cap-Pelé travaille presque exclusivement pour Haïti.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !