•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves d'Ottawa prennent part à la campagne électorale fédérale

Étienne Camirand, enseignant à l’École secondaire publique Gisèle-Lalonde à Ottawa et Cédric Robinson, élève de 12e année

Étienne Camirand, enseignant à l’École secondaire publique Gisèle-Lalonde à Ottawa et Cédric Robinson, élève de 12e année

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Même s'ils ne sont pas en âge de voter, les élèves de l'École secondaire publique Gisèle-Lalonde, dans le secteur d'Orléans à Ottawa, s'intéressent de près à la campagne électorale fédérale en cours.

Pendant les dernières semaines, ils ont travaillé à l'organisation d'un débat, qui réunit mercredi matin les candidats des trois principaux partis dans la circonscription d'Orléans. Ainsi, le conservateur Royal Galipeau, le libéral Andrew Leslie et la néo-démocrate Nancy Tremblay ont accepté de se prêter au jeu.

« C'est nous autres qui avons monté le débat et on a élaboré les questions. [...] Ce sont des questions par les jeunes et pour les jeunes », précise Cédric Robinson, un élève de 12e année qui est le modérateur du débat.

Les thèmes abordés sont l'économie, l'environnement et la réforme démocratique.

Des élèves de la septième à la douzième année assistent au débat. Ils sont ensuite invités à répondre par ordinateur à des questions sur leur appréciation des réponses des candidats. Ces derniers auront accès aux résultats sur-le-champ et pourront y réagir.

Jeudi, les élèves seront appelés à voter pour le candidat de leur choix, dans le cadre d'une simulation de scrutin.

Donner le goût de la politique

L'activité vise avant tout à préparer les jeunes à voter, lorsqu'ils seront en âge de le faire. Elle leur permet de vivre une expérience concrète de vote électoral.

L'idée, c'est toujours de stimuler la participation électorale chez les jeunes. On fait toujours le constat que les 18 à 24 ans vont voter dans une proportion de 35 % à 40 %, ce qui est alarmant.

Étienne Camirand, enseignant à l'École secondaire publique Gisèle-Lalonde

L'événement se déroule dans le cadre de la Semaine nationale de vote étudiant, au cours de laquelle des élèves de plusieurs écoles au pays peuvent prendre part à une simulation de vote.

Ottawa-Gatineau

Politique