•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université de St-Boniface : le projet de centre de la petite enfance ne va pas de l'avant

Université de Saint-Boniface

Université de Saint-Boniface

Photo : ICI Radio-Canada/Daniel Gervais

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Université de Saint-Boniface a suspendu indéfiniment son projet du Centre d'excellence enfant, famille et communauté, soulevant une vive réaction des professeurs et étudiants de l'établissement d'enseignement.

Dans un communiqué conjoint, quatre associations dénoncent le fait que le projet de garderie de 100 places, qui aurait servi d'outil de recrutement et de formation pour les étudiants, ne verra pas le jour.

En juillet dernier, la Province avait refusé la demande de permis et de financement partiel relative à la création du centre de petite enfance, et l'Université a décidé de ne pas faire demande l'année prochaine.

Le projet de 6,5 millions de dollars proposait une garderie subventionnée qui aurait donné priorité aux étudiants et aux employés. L'Université de Saint-Boniface est la seule université au Manitoba qui n'a pas de garderie, et ceci doit changer selon David Alper, un professeur en travail social à l'USB.

C'est un service essentiel et c'est un outil de recrutement important. Il y a une énorme pénurie de services de garde francophones, et ça aurait aidé à régler le problème.

Une citation de :David Alper, professeur en travail social à l'USB
Les étudiants de l'Université de Saint-Boniface ont voté en faveur de donner 700 000 $ pour la construction d'un nouveau pavillonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les étudiants de l'Université de Saint-Boniface ont voté en faveur de donner 700 000 $ pour la construction d'un nouveau pavillon

Photo : ICI Radio-Canada/Michel Saba

En avril dernier, les étudiants s'étaient prononcés en faveur d'un don de 700 000 dollars sur cinq ans pour appuyer le projet.

Une décision réfléchie, dit l'USB

Le président du Bureau des gouverneurs Antoine Hacault a défendu la décision « de ne pas avancer avec le projet », prise après « une étude approfondie de rapports de professionnels et d'experts ».

Cette étude, dit-il, a mis en lumière plusieurs facteurs qui ont influencé la décision du Bureau des gouverneurs.

Premièrement un manque à gagner financier. Deuxièmement, l'impact sur les ressources humaines. Troisièmement, le temps de mise en oeuvre du projet qui est plus long que prévu et quatrièmement la mise en veilleuse d'autres projets et priorités institutionnelles qui auraient été impactés par ce projet.

Une citation de :Antoine Hacault, président du Bureau des gouverneurs de l'USB

Antoine Hacault ajoute que l'Université croit en l'importance du domaine de la jeune enfance. « Le fait que le Bureau des gouverneurs, après une mûre réflexion, a décidé de ne pas avancer avec le projet à ce temps-ci, ça ne veut pas dire que l'Université rejette l'importance de ce projet ou de l'importance du domaine de la jeune enfance. »

Il n'exclut pas que le projet puisse un jour renaître, si les circonstances venaient à changer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !