•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bon samaritain prête secours à un client de prêteurs sur salaire

Jim Prokop, propriétaire d'un petit commerce de Calgary, a aidé un client de prêteurs sur salaire à rembourser sa dette.
Jim Prokop, propriétaire d'un petit commerce de Calgary, a aidé un client de prêteurs sur salaire à rembourser sa dette. Photo: CBC
Radio-Canada

La générosité du propriétaire d'un petit commerce de Calgary a permis à un client de prêteurs sur salaire de rembourser sa dette, contractée il y a un an et demi.

Jim Prokop a remis un chèque de 492 $ à Ashley Keewatin pour terminer de payer une dette pour laquelle il dit avoir déboursé un total de 2000 $.

Ashley Keewatin doit se contenter du revenu assuré pour personne sévèrement handicapée (AISH) pour nouer les deux bouts. Il explique que chaque mois il repayait un emprunt de 400 $ et versait 92 $ d'intérêts, mais il lui fallait retourner chez le prêteur pour emprunter à nouveau la même somme.

Son bon samaritain, Jim Prokop, dit qu'il a décidé d'intervenir après avoir entendu cette histoire triste à la radio. « J'étais vraiment touché en ce sens qu'une personne vulnérable et dans le besoin avait à payer des intérêts exorbitants juste pour vivre. Alors j'ai pensé que je devais aider ce compagnon et payer son emprunt afin qu'il puisse s'en sortir », explique le petit commerçant.

« Aujourd'hui, je suis sorti de ce cycle de prêt sur salaire. Je suis libre. Je suis libre à la fin et je serai capable de m'acheter de la nourriture. C'est vraiment une libération financière du cycle dans lequel j'étais pris. J'ai eu ma leçon au sujet des prêts sur salaire », souligne de son côté Ashley Keewatin.

Le gouvernement albertain a lancé cette semaine une consultation publique pour éviter les abus de l'industrie des prêts sur salaire, notamment sur les taux d'intérêt.

Actuellement, la loi autorise des intérêts de 23 % sur tout emprunt de 100 $. Il s'agit du taux le plus élevé au Canada.

Le public peut donner son avis jusqu'au 28 octobre en répondant à un sondage en ligne sur le site web de Service Alberta. Des discussions sont également prévues avec l'industrie des prêts sur salaire et d'autres partenaires.

Alberta

Pauvreté