•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves de la Saskatchewan apprennent à prévenir l'intimidation

L'ancien joueur des Roughriders de la Saskatchewan Luc Mullinder signe des pancartes « Arrêtons l'intimidation » lors du symposium de la Croix-Rouge sur l'intimidation à Saskatoon.

L'ancien joueur des Roughriders de la Saskatchewan Luc Mullinder signe des pancartes « Arrêtons l'intimidation » lors du symposium de la Croix-Rouge sur l'intimidation à Saskatoon.

Photo : ICI Radio-Canada/Kathy Fitzpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus de 150 élèves saskatchewanais ont suivi deux journées de formation organisées à Saskatoon pour prévenir l'intimidation dans leurs écoles.

Durant le symposium organisé par la Croix-Rouge, les jeunes ont appris comment faire des présentations de sensibilisation dans leurs écoles. Ils pourront propager leurs connaissances avec leurs camarades, explique Valerie Pearson de la Croix-Rouge.

Les élèves de la 7e à la 12e année ont aussi entendu des témoignages de victimes d'intimidation.

Chelsie Christison, une élève de 18 ans de la 12e année de Bethune, a partagé sa propre expérience avec les jeunes présents. Elle a raconté comment elle a subi de l'intimidation et comment elle a décidé de se défendre.

« J'étais fatiguée de me faire intimider alors j'ai dit aux autres d'arrêter », raconte-t-elle. « Mais je ne pouvais pas le faire toute seule. À ce moment, j'aurais voulu que mes camarades de classe sachent comment être des spectateurs actifs », confie l'élève.

Un spectateur actif est quelqu'un qui est témoin d'un acte d'intimidation et qui défend la victime, a expliqué Chelsie Christison. Elle espère que les participants au symposium pourront appliquer cette notion à l'école.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !