•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une cafétéria cinq étoiles dans une école francophone de Charlottetown

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le triste sort de la ville de Gagnon : de la fermeture à la démolition

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'École François-Buote, à Charlottetown, sur l'Île-du-Prince-Édouard, démontre présentement qu'il est possible pour les élèves de manger des repas santé et savoureux.

L'école francophone a embauché Pierre El Hajjar, un chef cuisinier libanais qui a travaillé dans les plus grands hôtels du Moyen-Orient. Son défi : que les élèves se régalent tout en dégustant des repas santé.

« On a fait ce qu'ils aiment manger et on a travaillé à le faire santé. Un hamburger santé, du pain blé entier et de la viande saine, et ils adorent ça. Ils ne voient pas la différence, tu sais. Même les frites maison, c'était excellent, tout le monde aime ça », relate M. El Hajjar.

Si les enfants voient les légumes comme ça, ils ne vont pas les manger, alors on cache un peu les légumes et ça marche très bien.

Pierre El Hajjar, chef cuisinier à l'École François-Buote

La nourriture servie contient moins de sel, moins de gras et moins de sucre. D'ailleurs, ce projet bénéficie de l'expertise et des conseils d'une diététiste du gouvernement.

Le chef cuisinier libanais Pierre El Hajjar dans la cafeteria de L'École François-Buote, à CharlottetownAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef cuisinier libanais Pierre El Hajjar dans la cafeteria de L'École François-Buote à Charlottetown

« Ils ont mis beaucoup plus de légumes, ils ont changé pour du blé entier, ils ont enlevé beaucoup de desserts, alors c'est très positif », affirme la diététiste du gouvernement, Mélissa Arsenault.

Selon le coordonnateur du projet, le projet a été mis en branle afin de réconcilier repas santé et apprentissage. Plusieurs études démontrent qu'il existe effectivement une corrélation entre l'alimentation et la réussite scolaire, soutient-il.

« Si les jeunes sont en santé et qu'ils mangent santé, ça va augmenter leurs chances de réussir leurs études au niveau scolaire », affirme Donald Arsenault.

Ce projet pilote risque de s'étendre dans les cinq autres écoles francophones de l'Île-du-Prince-Édouard.

Les écoles anglophones observeraient de très près l'expérience de la cafétéria cinq étoiles pour l'intégrer à leur tour. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie