•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vitalité défend la création d'un nouveau poste de vice-président

Le président du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne, lors d'une réunion publique du réseau, le 10 octobre 2015, à Moncton
Le président du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne, lors d'une réunion publique du réseau, le 10 octobre 2015, à Moncton Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le président du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne, défend bec et ongles la création d'un nouveau poste de vice-président aux ressources humaines au sein de son organisation. Ce poste a été attribué à Pierre Verret.

L'ajout du poste est qualifié de gaspillage de fonds publics par le président d'Égalité Santé en Français, Hubert Dupuis.

De son côté, Roger Doiron, membre du conseil d'administration, affirme que l'ajout d'un poste de cadre est inacceptable en période de compressions.

Il affirme qu'au cours des dernières années, des efforts ont été faits afin de réduire le nombre de vice-présidents au sein du réseau de santé et que cet ajout va à l'encontre de ces efforts.

En 2011-2012, Vitalité comptait neuf cadres supérieurs. Ils étaient cinq jusqu'à tout récemment.

Malgré tout, Gilles Lanteigne affirme que ce poste viendra combler un grand besoin au sein du Réseau de santé Vitalité.

« On le reconnait que c'est un investissement. C'est un investissement dont on a évalué l'impact et on pense que c'est un investissement rentable d'améliorer la qualité, l'engagement, la formation du personnel et les ressources reliées aux ressources humaines », affirme Gilles Lanteigne.

Par ailleurs, le président n'écarte pas la possibilité que d'autres postes de cadres supérieurs soient créés.

Il affirme qu'il a élaboré un plan de 100 jours dans lequel il y a une révision des postes de direction.

D'après les informations de Marie-Hélène Lange

Acadie

Santé publique