•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vitalité : la création d'un poste de vice-président est qualifiée de gaspillage de fonds publics

Roger Doiron, membre du conseil d'administration de Vitalité.
Roger Doiron, membre du conseil d'administration de Vitalité. Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

Un membre du conseil d'administration du Réseau de Santé Vitalité et le président d'Égalité Santé en Français critiquent la création récente d'un nouveau poste de vice-président aux ressources humaines à Vitalité. Ce poste a été attribué à Pierre Verret.

Il y a d'autres manières plus efficaces d'utiliser les fonds publics que de nommer des vice-présidents.

Roger Doiron, membre du conseil d'administration de Vitalité

Selon Roger Doiron, membre du conseil d'administration de Vitalité, la création de ce poste est inacceptable dans le contexte ou plusieurs urgences de petits hôpitaux sont menacées de fermeture. « Est-ce qu'on est en train de rebâtir une structure administrative lourde et coûteuse ? Parce qu'un vice-président, ça coûte de l'argent ! », affirme M. Doiron.

Il affirme qu'au cours des dernières années, des efforts ont été faits afin de réduire le nombre de vice-présidents au sein du réseau de santé.

En 2011-2012, Vitalité comptait neuf cadres supérieurs. Ils étaient cinq jusqu'à tout récemment.

Le président d'Égalité santé en français, Hubert Dupuis, croit lui aussi qu'il s'agit d'un gaspillage des fonds publics, des fonds qui devraient plutôt servir à maintenir des services dans les petits hôpitaux.

Un retour pour Pierre Verret

Le 14 septembre dernier, le PDG du Réseau de Santé Vitalité a nommé Pierre Verret vice-président aux ressources humaines, gestions des contrats et des projets d'infrastructure majeure.

Rappelons qu'il a été congédié en 2014 alors qu'il était chef des opérations de la zone Nord-Ouest.

Avec les informations de Marie-Hélène Lange et Julie-Anne Lapointe

Acadie

Santé