•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baie-des-Chaleurs : des noms de lieux inusités et inspirants

La petite Belgique
La petite Belgique Photo: Page Facebook « La poésie fait du pouce »

Le Croche à Pic-Poc, le Crossing des blettes... des noms de lieux inusités qui activent les engrenages de l'imagination. Dans le cadre de son projet intitulé Toponymie de fantaisie, l'artiste Marie-Claude De Souza s'intéresse à ces surnoms de lieux non officiels, nombreux dans la Baie-des-Chaleurs, notamment.

Un texte de Brigitte DubéTwitterCourriel

Écouter l'entrevue réalisée par Isabelle Lévesque, à l'émission Bon pied bonne heure

Depuis la fin septembre et jusqu'au 11 octobre, elle est en résidence au centre d'artistes Vaste et Vague, à Carleton-sur-Mer, pour colliger ces petites perles du langage populaire afin de les rassembler dans un répertoire et de les situer sur une carte.

L'artiste invite les gens à lui soumettre des surnoms inusités associés à différents lieux de la Baie-des-Chaleurs. Elle souhaite mettre en ligne une carte du Québec répertoriant ces surnoms qui ne sont pas inscrits sur les cartes officielles. Jusqu'ici, elle en a recueilli une centaine.

Marie-Claude De Souza a interrogé des gens de toutes les générations, croisés au hasard dans des lieux publics.

Pour un nom, il peut y avoir des histoires différentes. Je compte faire mes vérifications pour savoir si elles font l'unanimité. Plus on se rapproche du lieu physique, plus ça commence à avoir un peu plus de sens.

Marie-Claude De Souza

Quelques noms suggérés

  • À Carleton : le Croche à Pic-Poc, la Côte à Roches, la Butte sec...
  • À Maria : le Ti-Montréal, le P'tit rang, la Côte à la Cache
  • Dans le parc de la Gaspésie : la Roche qui parle, la Craque, la Rafale
  • À Carleton : la Côte d'Azur, la Côte Rouge
  • À St-Omer : la Bordée, la Pavure, le Crossing des Blettes
  • À New Richmond : la Choke road, la Pump house
  • À Bonaventure : le pont Blanc
  • À Maria : la fourche à Ida

L'artiste a constaté que plusieurs noms réfèrent à des buttes ou des collines. « Il y a une volonté de s'approprier le territoire. C'est intéressant parce que ça nous donne une vision plus quotidienne de comment les gens vivent sur le territoire, comparativement à ce qu'on voit sur les cartes », mentionne-t-elle.

Pour en apprendre davantage, Marie-Claude De Souza va profiter du festival La Virée de Carleton-sur-Mer pour proposer un jeu d'associations entre noms de lieux et des cartes. Elle veut aussi susciter les discussions.

Des histoires, des anecdotes, parfois avec humour

Le Trou des renardsLe Trou des renards Photo : Page Facebook « La poésie fait du pouce »

Marie-Claude De Souza souhaite voir comment chaque village, chaque région, porte un regard sur son environnement. « De Nouvelle à Bonaventure, les gens bougent beaucoup. Certains m'ont même proposé des noms qui proviennent de Murdochville ou du parc de la Gaspésie », mentionne-t-elle.

J'ai bien aimé "La roche qui parle". Il paraît qu'à une époque les radios ne fonctionnaient pas bien dans le parc de la Gaspésie. Devant cette roche, on pouvait syntoniser comme il faut!

Marie-Claude De Souza

Sa récolte figurera ensuite sous forme d'archives web où tous les toponymes seront géolocalisés avec des petites stations où il sera possible de connaître toutes les histoires.

En attendant, les personnes qui ont des toponymes inusités peuvent contacter le centre Vaste et Vague pour les soumettre ou visiter la page Facebook La poésie fait du pouce.

Marie-Claude De Souza avait fait le même exercice à Montmagny et dans la région de Montréal. Elle poursuit donc sa démarche en Gaspésie.

Est du Québec

Arts