•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Partenariat transpacifique : 20 000 emplois en péril dans le secteur de l'auto?

Des travailleurs de l'usine d'assemblage de Chrysler à Brampton

Des travailleurs de l'usine d'assemblage de Chrysler à Brampton

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que la première ministre de l'Ontario accueille positivement le nouveau partenariat de libre-échange transpacifique (PTP) conclu par Ottawa, le syndicat Unifor affirme que l'accord met en péril le quart des travailleurs de l'auto au Canada. 

Le président d'Unifor, Jerry Dias, parle même de « scandale ».

« C'est scandaleux que les conservateurs d'Harper aient signé une entente qui permettrait à la plus grande partie d'un véhicule d'ête faite en Chine et d'entrer au Canada sans tarif douanier. »

— Une citation de  Jerry Dias, président d'Unifor

Selon le PTP, l'industrie ontarienne de l'auto fera face à une baisse des exigences de contenu nord-américain pour l'assemblage et les pièces :

AVEC LE NOUVEL ACCORD:

45 % de la valeur d'un véhicule automobile et de certaines pièces devra provenir de la région du PTP pour être exempts de tarifs douaniers.

À L'HEURE ACTUELLE:

62,5 % de la valeur doit provenir d'un pays membre de l'Accord de libre-échange nord-américain, qui réunit les États-Unis, le Canada et le Mexique.

Libéraux et Conservateurs favorables, le NPD inquiet

La première ministre ontarienne admet que certaines entreprises et des producteurs laitiers pourraient connaître des turbulences à court terme, mais elle ajoute que le PTP renferme des « occasions d'affaires ».

« On vit dans une économie mondiale. »

— Une citation de  Kathleen Wynne, première ministre de l'Ontario 

Son homologue conservateur Patrick Brown voit aussi le nouvel accord d'un bon oeil.

Le chef conservateur ontarien Patrick Brown

Pour sa part, la chef du NPD de l'Ontario, Andrea Horwath, s'inquiète pour les emplois dans l'industrie de l'auto et dénonce les « nombreux détails secrets » du nouveau Partenariat.

Le premier ministre canadien Stephen Harper affirme, néanmoins, qu'il est « très confiant » que les compagnies canadiennes pourront tirer leur épingle du jeu. M. Harper promet d'annoncer prochainement des mesures d'aide pour l'industrie canadienne de l'auto.

Craintes des producteurs laitiers 

Une vache dans une ferme laitière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une vache dans une ferme laitière.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Le PTP prévoit aussi que les marchés agricoles soumis au système de gestion de l'offre (lait, oeufs, volaille) seront partiellement ouverts aux pays étrangers sur cinq ans.

La gestion de l'offre, c'est quoi?

Le système de gestion de l'offre alloue un certain nombre de quotas de production aux agriculteurs, ce qui les assure de vendre leurs produits et leur garantit un certain revenu, sans subvention gouvernementale. Le gouvernement canadien s'engage par ce système à limiter l'entrée de produits importés pour que les besoins soient comblés essentiellement par la production canadienne.

À terme, les producteurs étrangers pourront accaparer jusqu'à 3,25 % du marché des produits laitiers. Ce pourcentage sera de 2,3 % pour les oeufs, 2,1 % pour le poulet, 2 % pour le dindon et 1,5 % pour les oeufs d'incubation de poulets de chair.

Dès l'entrée en vigueur du traité, le gouvernement canadien offrira de nouveaux programmes de compensation à long terme pour aider les producteurs touchés. 

Le ministre ontarien de l'Agriculture, Jeff Leal, dit avoir besoin de plus de temps pour étudier l'accord avant de se prononcer sur son impact sur la province.

Davantage de débouchés pour le vin de glace de l'Ontario

Ottawa fait valoir que le nouvel accord de libre-échange mettra en valeur le vin de glace canadien. Selon le gouvernement, les exportations annuelles de vin de glace de l'Ontario aux pays du PTP se chiffraient, en moyenne, à près de 4 millions de dollars de 2012 à 2014. Or, tous les pays du PTP élimineront, selon le nouvel accord, les droits de douane visant le vin de glace canadien.

À lire aussi :

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario