•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Claude Morin est nommé président du Conseil d'administration du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue

Le candidat libéral dans la circonscription d'Abitibi-Ouest, Claude Morin

Le candidat libéral dans la circonscription d'Abitibi-Ouest, Claude Morin, a répondu au cri du coeur du maire d'Amos, Ulrick Chérubin.

Photo : Jean-François Bélanger

Radio-Canada

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a nommé jeudi les membres qui formeront les conseils d'administration des Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) de la province. Le président du Conseil d'administration du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue sera Claude Morin.

Le C.A. du CISSSAT est formé de neuf membres indépendants et de quatre membres désignés. Deux postes demeurant vacants. Le PDG du CISSS, Jacques Boissonneault, et le représentant du milieu de l'enseignement, Yves Bédard, ont aussi été nommés au C.A. par le ministre.

Claude Morin est un ancien candidat libéral dans la circonscription d'Abitibi-Ouest aux élections de 2008 et de 2012. Il croit qu'il a surtout été choisi pour ses compétences dans le milieu de la santé.

Je pense qu'il y avait des candidats de valeur et c'est allé avec les recommandations du milieu. Autant les régions d'Abitibi-Ouest que Rouyn-Noranda, Amos, Val-d'Or, faisaient des recommandations au ministre. Avec ces recommandations-là, il a formé son équipe. Vous savez, c'est une équipe de 17 personnes qui est composée de différentes compétences, que ce soit en gestion de risque, en gouvernance, en éthique, en organismes communautaires, les médecins, pharmaciens... alors ça compose un tout.

Claude Morin

Claude Morin a également été président du C.A. des Centres de santé et des services sociaux des Aurores boréales et de Rouyn-Noranda.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique