•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chaînes humaines pour appuyer les enseignants en Outaouais

Des enfants ont accompagné leurs parents aux manifestations contre les compressions en éducation.
Des enfants ont accompagné leurs parents aux manifestations contre les compressions en éducation. Photo: Radio-Canada

Des parents d'une dizaine d'écoles de l'Outaouais ont pris part, jeudi, au mouvement provincial « Je protège mon école publique » pour appuyer les revendications des enseignants dans leurs négociations avec Québec.

C'est le cas de parents d'élèves fréquentant l'école Providence-J.-M. Robert de Saint-André-Avellin, dans la Petite-Nation, qui ont formé une chaîne humaine autour de l'école.

Ils souhaitent ainsi dénoncer les compressions dans le système d'éducation.

« Les coupures se font sentir, les mesures d'aide aux élèves, on en a de moins en moins », déplore Daniel Cooke, président du Conseil d'établissement de l'école Providence-J.-M. Robert de Saint-André-Avellin.

Le personnel est coupé parce que, au sein de la commission scolaire, on n'a plus les moyens de les payer, ces professionnels, comme les psychologues, les orthophonistes.

Daniel Cooke, président du Conseil d'établissement de l'école Providence-J.-M. Robert de Saint-André-Avellin.

À l'École Saint-Jean-Bosco de Gatineau, une soixantaine de parents ont pris part à la manifestation.

Partout au Québec, des milliers de parents, d'enfants et d'enseignants sont arrivés une demi-heure plus tôt à l'école, afin de dénoncer les compressions du gouvernement libéral.

Une cinquième édition du mouvement « Je protège mon école publique » est prévue pour le 2 novembre prochain dans la province.

Ottawa-Gatineau

Éducation