•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avenir de l'Hôpital Stella-Maris au Nouveau-Brunswick inspire des craintes

Hôpital Stella-Maris-de-Kent

L'Hôpital Stella-Maris-de-Kent

Photo : ICI Radio-Canada/Julie-Anne Lapointe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des maires du comté de Kent au Nouveau-Brunswick s'inquiètent pour l'avenir de l'Hôpital Stella-Maris, à Saint-Anne-de-Kent.

Ils disent avoir appris la semaine dernière que le service d'urgence pourrait fermer durant la nuit et que d'autres services pourraient être abolis.

Les maires se fient sur des documents obtenus par le maire de Richibucto, Roger Doiron, pour tirer ces conclusions.

« Ce n'est pas les petits hôpitaux qui coûtent cher, ce sont les gros. C'est là qu'il faut aller couper de l'argent. »

— Une citation de  Roger Doiron, maire de Richibucto

La mairesse de Saint-Louis-de-Kent, Danielle Dugas, est convaincue que la fermeture de l'urgence mettrait en danger la vie des gens.

« En 2014, il y a 263 personnes qui ont été à l'Hôpital Stella Maris entre minuit et 8 h, et qui étaient des cas de niveau 1 ou 2. Au niveau 1, tu as de 5 à 10 minutes à vivre et tu es inconscient. Au niveau 2, c'est une crise de coeur. Tu es conscient, mais pas vraiment. On parle de 15 ou 20 minutes à te traiter. S'il fallait que ces gens-là se soient rendus à Moncton, les chances sont qu'ils ne l'auraient pas fait », affirme Danielle Dugas.

« Ça peut pas diminuer. C'est vrai que peut-être le matin c'est moins occupé, mais ces cas-là c'est des gens qui sont gravement blessés. »

— Une citation de  Aldéo Saulnier, maire de Bouctouche

Les inquiétudes des maires font suite à celles des médecins de Grand-Sault, qui ont fait une sortie publique en août pour rappeler l'importance de leur service d'urgence la nuit.

Un plan déposé cet automne

Luc Foulem, porte-parole du Réseau de santé Vitalité, responsable de l'hôpital, explique les démarches en cours.

« Le Réseau de santé Vitalité travaille à la préparation d'un plan de services cliniques qui lui permettra de préciser les services cliniques les plus appropriés à mettre en œuvre pour répondre aux besoins en santé de la population et d'assurer un accès équitable à ces services à même les ressources financières, humaines et matérielles dont il dispose. Le plan sera présenté au conseil d'administration plus tard cet automne, puis acheminé au ministère de la Santé », précise Luc Foulem.

Ces dernières semaines, les collectivités de Grand-Sault et de Saint-Quentin ont également exprimé des craintes quant à la fermeture possible de l'urgence de leur hôpital pendant la nuit. Le gouvernement a réagi en expliquant qu'il n'avait encore pris de décision à ce sujet.

De son côté, le ministre de la Santé, Victor Boudreau, a affirmé que tous les programmes sont présentement dans le processus de la révision stratégique et qu''aucune décision n'a été prise pour le moment.

Avec les informations de Marie-Hélène Lange et Julie-Anne Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie