•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enbridge a le feu vert de l'ONE pour inverser le flux de pétrole de l'oléoduc 9B

Panneau qui signale la présence d'un oléoduc d'Enbridge

Panneau qui signale la présence d'un oléoduc d'Enbridge

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Office national de l'énergie (ONE) a annoncé mercredi soir qu'il avait approuvé les résultats des essais hydrostatiques présentés par Enbridge relativement au projet d'inversion de l'oléoduc 9B et que la canalisation pouvait être mise en service.

En conséquence, l'ONE dit qu'il poursuivra sa surveillance réglementaire rigoureuse pendant l'exploitation de la canalisation.

Dans un communiqué diffusé en milieu de soirée, l'ONE affirme que les « résultats concluants de ces essais ont renouvelé sa confiance à l'égard de l'intégrité du pipeline et l'ont assuré que la canalisation pouvait être mise en service en toute sécurité ».

L'agence a aussi indiqué qu'Enbridge pouvait commencer à exploiter la canalisation puisqu'elle n'avait aucune autre exigence à formuler. Toutefois, elle rappelle qu'Enbridge devra respecter les conditions strictes qui lui ont été imposées. Parmi ces conditions, elle cite la mise sur pied de patrouilles au sol toutes les deux semaines, les vérifications de l'intégrité tous les trois mois et une inspection interne supplémentaire durant la première année d'exploitation.

En mars 2014, l'ONE avait donné son approbation au projet d'Enbrige sous réserve de 30 conditions.

Réaction de Denis Coderre

« Je l'ai répété à maintes reprises, en matière de transport pétrolier, il n'y a pas de place à l'erreur, a déclaré le maire de Montréal. Je prends acte de la décision de l'ONE qui nous assure que les conditions qu'elle avait émises à l'égard du projet d'Enbridge ont été remplies. L'ONE nous garantit qu'elle continuera à surveiller ce pipeline tout au long de son cycle de vie. »

Exploité depuis près de 40 ans, le tronçon de 639 kilomètres de l'oléoduc entre North Westover, en Ontario, et Montréal constitue la dernière étape du projet qui vise à permettre l'accès aux raffineries de l'est du Canada. La société pétrolière souhaite acheminer vers les raffineries du Québec et de l'Ontario quotidiennement entre 240 000 et 300 000 barils de pétrole en provenance des sables bitumineux.

La canalisation 9B traverse des centaines de cours d'eau avant d'aboutir à Montréal-Est, ce qui inquiète plusieurs groupes écologistes et des communautés locales. L'oléoduc traverse notamment Toronto en plus de longer le fleuve Saint-Laurent jusqu'à Terrebonne, sur la Rive-Nord de Montréal.

Au Québec, il traverse entre autres la rivière des Mille-Îles, la rivière des Prairies et celle des Outaouais.

Or noir à vendre. Consultez notre dossier.

L'entreprise s'est réjouie de la décision de l'ONE. « Nous sommes convaincus que ces essais ont aidé à rassurer et à donner une preuve technique au public sur l'exploitation sécuritaire de la canalisation », a déclaré un porte-parole de l'entreprise, Éric Prud'homme, dans une déclaration transmise par courriel.

Enbridge dit ignorer pour le moment quand elle commencera à exploiter la canalisation.

« Quelques préparations techniques supplémentaires sont toujours requises et le temps d'alimentation de la canalisation n'est pas encore clairement établi, si bien qu'il serait prématuré de préciser, pour le moment, quand la mise en service complète de la canalisation débutera », a ajouté M. Prud'homme.

Le trajet de la ligne 9B de la société pétrolière EnbridgeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ligne 9B de la société pétrolière Enbridge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !