•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Somalien arrivé au Canada à la nage obtient le statut de réfugié

Yahya Samatar (gauche) et  Karin Gordon (droite), directrice générale de la réinstallation au refuge Hospitality House Refugee Ministry, avant l'audience du Somalien, à Winnipeg, le 30 septembre 2015.

Yahya Samatar (gauche) et Karin Gordon (droite), directrice générale de la réinstallation au refuge Hospitality House Refugee Ministry, avant l'audience du Somalien, à Winnipeg, le 30 septembre 2015.

Photo : ICI Radio-Canada/Kaj Hasselriis

Radio-Canada

La demande de statut de réfugié de Yahya Samatar, un Somalien qui est arrivé au Canada le 5 août en nageant depuis les États-Unis dans la rivière Rouge, a été acceptée.

L'audience a eu lieu à Winnipeg avec un arbitre de la Commission de l'immigration et du statut du réfugié du Canada en appel vidéo à Toronto.

L'arbitre Kevin Boothroyd a posé plusieurs questions à M. Samatar au sujet de ses deux enlèvements, de son implication avec un organisme non gouvernemental en Turquie, des messages Facebook et de la mort de son frère.

M. Samatar a fait valoir qu'il était un ardent défenseur de la démocratie ainsi que des droits de la femme et des pauvres. Il était aussi visiblement bouleversé en parlant de son frère qui, selon lui, a été assassiné par la milice islamiste armée Al-Shabab.

« Je suis maintenant une personne protégée et je suis vraiment très, très, très heureux », dit Yahya Samatar.

Si tout va bien pour lui, Yahya Samatar obtiendra le statut de résident parmanent au cours des 14 prochains mois. S'il obtient le statut de résident permanent, il pourrait aussi être accordé à son épouse et ses enfants.

Interactif : Le chemin parcouru par Yahya Samatar pour atteindre le Canada. (Nouvelle fenêtre)

L'homme de 32 ans s'est enfui de la Somalie il y a un an, se sentant menacé par plusieurs groupes – dont l'Al-Shabab – en raison de son travail auprès des organismes non gouvernementaux caritatifs. Il a donc quitté sa famille et a payé des passeurs pour l'emmener en Éthiopie.

Au cours de son année en fuite, M. Samatar a dû parcourir l'Éthiopie, le Brésil, l'Amérique centrale et les États-Unis.

En août 2015, il at été déposé près de la frontière canado-américaine au milieu de la nuit avec un autre homme originaire également de Somalie.

Le réfugié somalien Yahya Samatar rencontre Peter Chodkiewicz pour la première fois depuis que ce dernier a sauvé l'Africain qui est entré au Canada à la nage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le réfugié somalien Yahya Samatar rencontre Peter Chodkiewicz pour la première fois depuis que ce dernier a sauvé l'Africain qui est entré au Canada à la nage.

Photo : ICI Radio-Canada

Les deux hommes ont alors traversé des fermes et des zones forestières jusqu'à atteindre la rivière Rouge. Ils pensaient, à tort, que le fleuve coulait d'est en ouest et qu'il leur suffisait de passer sur l'autre rive pour rejoindre le Canada.

Après plusieurs minutes à la dérive, Yahya Samatar est parvenu a regagner la terre ferme. C'est un bon samaritain, résident de la communauté frontalière d'Emerson, tout au sud du Manitoba, qui l'a aperçu puis l'a aidé en le réchauffant avec une couverture jusqu'à l'arrivée de la police et d'une équipe de secours.

Une fois rassurée sur sa santé, la police aux frontières l'a menotté puis emmené à l'Agence des services frontaliers du Canada. La police frontalière a ensuite contacté l'asile pour réfugiés Hospitality House Ministry, à Winnipeg, où habitait l'exilé en attendant l'audience sur son statut de réfugié.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Société