ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des producteurs inquiets manifestent sur la colline du Parlement à Ottawa

Les producteurs souhaitent le maintien de la gestion de l'offre.

Les producteurs souhaitent le maintien de la gestion de l'offre.

Photo : Jean-Sébastien Marier/Radio-Canada

Radio-Canada

Quelques centaines de producteurs de lait, d'œufs et de poulets se sont réunis sur la colline du Parlement, mardi, afin de réclamer le maintien de la gestion de l'offre — ce que l'on appelle communément les quotas.

Plusieurs dizaines de tracteurs ont été garés sur la rue Wellington, perturbant la circulation au centre-ville de la capitale. Une dizaine de vaches ont également été amenées sur les lieux.

Les convois de tracteurs sont arrivés devant le Parlement vers 11h.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les convois de tracteurs sont arrivés devant le Parlement vers 11h.

Photo : Jean-Sébastien Marier/Radio-Canada

Alors que les négociateurs de 12 pays sont réunis cette semaine à Atlanta pour conclure l'entente de Partenariat transpacifique, les producteurs craignent pour leur industrie.

Le Canada pourrait laisser entrer jusqu'à 10 % de plus de produits laitiers avec cette entente de libre-échange.

« Si on ouvre la frontière, nous, on ne sera plus compétitifs avec les Américains, qui n'ont pas les mêmes normes sur la qualité et les mêmes normes environnementales », souligne Bruno St-Pierre, producteur laitier de Grenville-sur-la-Rouge et instigateur de la manifestation.

Et eux [les Américains], ils sont subventionnés sur le prix du lait et non pas payés, au même titre que nous, avec nos quotas. Et ouvrir les frontières de 10 %, ça va occasionner des surplus de lait.

Bruno St-Pierre, producteur laitier de Grenville-sur-la-Rouge et instigateur de la manifestation.

La gestion de l'offre régit la production du lait, des œufs ainsi que de la volaille.

Des producteurs et des agriculteurs manifestent aujourd'hui à Ottawa. Au coeur de leurs préoccupations: le système de gestion de l'offre.Les explications avec un spécialiste.

Un déséquilibre

Sylvain Charlebois, professeur en distribution et en politiques agroalimentaires à l'Université de Guelph, explique que le Canada produit actuellement pour ses propres besoins. « Si on crée une autre brèche, en laissant entrer des produits provenant de l'extérieur, on déséquilibre un peu le système », précise-t-il.

On va devoir racheter des quotas ou simplement voir des fermes disparaître.

Sylvain Charlebois, professeur en distribution et en politiques agroalimentaires à l'Université de Guelph

Il estime que les fermes canadiennes sont efficaces, mais pas suffisamment pour concurrencer les Américains.

Par ailleurs, il s'inquiète des méthodes de production différentes, notamment dans la production de lait. Les États-Unis utilisent des hormones de croissance, alors qu'elles sont interdites au Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Agro-industrie