•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « gang de rue » nouveau genre s'installe à Saskatoon

Des membres du Crazy Indians Brotherhood à Saskatoon

Des membres du Crazy Indians Brotherhood à Saskatoon

Photo : ICI Radio-Canada/Josh Lynn

Radio-Canada

Avec leur logo cousu sur leurs vestes de cuir, les membres du Crazy Indians Brotherhood ont tout l'air d'un gang de rue nouvellement établi à Saskatoon, mais leur objectif premier est d'aider leurs prochains et de redonner à la communauté.

Comme dans un gang de rue, les membres du Crazy Indians Brotherhood doivent mériter leur veste pour s'afficher comme faisant partie de l'organisation. Mais les comparaisons s'arrêtent là.

La confrérie est née à Winnipeg en 2007 et s'est rapidement étendue au Canada, mais aussi en Californie et en Oklahoma. La division de Saskatoon est une filiale de la section déjà établie à Prince Albert.

Une ambiance de camaraderie règne dans le groupe, qui offre la chance d'aider les gens dans la communauté

« Nous voulons faire de bonnes choses pour la communauté, montrer aux jeunes la vie ici à Saskatoon et comment devenir une meilleure personne », énonce Chris Martell, un des membres qui veut établir le groupe à Saskatoon.

Des membres du Crazy Indians Brotherhood distribuent des repas à SaskatoonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des membres du Crazy Indians Brotherhood distribuent des repas à Saskatoon

Photo : ICI Radio-Canada/Josh Lynn

Défier les stéréotypes

« Crazy Indian [Indien fou], ça a une connotation tellement négative », reconnaît Christopher Merasty, membre du groupe. « C'était une insulte aux Autochtones dans le temps. [...] Maintenant, on utilise ce terme pour quelque chose de positif », explique-t-il.

Plusieurs membres de la confrérie sont des pères de famille, qui travaillent à temps plein. Mais avant de rejoindre le Crazy Indians Brotherhood, certains ont connu la pauvreté et étaient affiliés à de vrais gangs de rue.

« Nous espérons avoir plus de membres et montrer que nous sommes un groupe positif avec des modèles positifs », dit M. Merasty, qui a fréquenté les gangs de rue dans sa jeunesse.

Chris et Howard Martell distribuent des repas à SaskatoonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chris et Howard Martell distribuent des repas à Saskatoon

Photo : ICI Radio-Canada/Josh Lynn

Une rédemption

Howard Martell a connu les gangs de rue à cause de sa famille. Son père, un membre à part entière des Manitoba Warriors, a passé plusieurs années derrière les barreaux.

À l'âge de 16 ans, Howard a rejoint le gang Terror Squad. Il se promenait régulièrement avec une veste pare-balles et un pistolet, raconte-t-il.

« Vers la fin, je suis devenu dépendant de l'Oxycontin. C'est une des choses qui a ruiné ma vie », dit-il.

Après deux ans d'accoutumance à la drogue, il voulait une vie meilleure. C'est l'exemple de son cousin Chris Martell qui l'a inspiré à rejoindre le Crazy Indians Brotherhood.

Quand j'ai vu mon cousin Chris dans sa veste, je voulais faire partie [de la confrérie]. Je lui ai dit que je voulais changer de vie. D'une certaine façon, c'est comme une rédemption.

Howard Martell

Redonner à la communauté

Les membres du Crazy Indians Brotherhood collectent des costumes d'Halloween pour les enfants dans le besoin.

Ils organisent aussi un souper pour amasser des fonds pour des paniers de Noël. Plus souvent, des membres préparent des repas pour les personnes dans le besoin et les distribuent dans les rues.

Pouvoir aider la communauté rend les membres heureux. « Ça veut dire beaucoup pour moi. On peut se tourner les uns vers les autres pour s'entraider, faire des activités ensemble. C'est une vraie fraternité », estime Howard Martell.

Saskatchewan

Société