•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enjeux des Autochtones « aussi importants sinon plus que le port du niqab »

Ghislain Picard souhaite que la voix des autochtones soit entendue.

Ghislain Picard souhaite que la voix des autochtones soit entendue.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est devenu un événement annuel dans la réserve de Kitigan Zibi près de Maniwaki. Chaque année, des courses sont organisées en souvenir de Maisy Odjick et de Shannon Alexander, deux adolescentes portées disparues il y a sept ans.

Toutefois, l'événement prend une nouvelle dimension cette année parce que les communautés autochtones sentent que leurs revendications sont ignorées dans la présente campagne électorale.

Des participants à la course/marche KZ pour Maisy Odjick et Shannon Alexander de la Première Nation de Kitigan Zibi Anishinabeg.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des participants à la course/marche KZ pour Maisy Odjick et Shannon Alexander de la Première Nation de Kitigan Zibi Anishinabeg.

Photo :  ICI Radio-Canada/Mathieu Gohier

Des appels à la mobilisation sont lancés pour que les Premières Nations du pays se fassent entendre le 19 octobre.

Même si la question des femmes autochtones disparues ou assassinées a attiré une certaine couverture médiatique depuis quelques années, le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, dénonce le fait que leurs enjeux sont ignorés depuis le déclenchement des élections.

« Les enjeux qui nous intéressent comme peuples autochtones sont au moins aussi importants que l'environnement, au moins aussi importants sinon plus que le port du niqab. Et je pense que ça mérite que ça soit considéré dans les débats », raconte le chef.

Même si l'Assemblée des Premières Nations n'encourage ni ne décourage ses membres à aller voter le 19 octobre, elle laisse le choix aux communautés locales de se prononcer dans la campagne.

À Kitigan Zibi, ce serait surtout les jeunes qui s'intéressent à la politique fédérale, contrairement à leurs aînés, aux dires de l'ancien chef Gilbert Witheduck.

Nous, on a grandi dans un temps où on nous disait qu'il ne faut pas aller voter dans les élections parce que ce n'est pas notre gouvernement, mais les jeunes qui ont une meilleure éducation se posent plein de questions. 

Une citation de :Gilbert Witheduck

Peu importe l'issue du vote le 19 octobre, la communauté promet de continuer à faire la lumière sur le sort de Maisy Odjick et de Shannon Alexander.

Selon un reportage de Mathieu Gohier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !