•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleurs forestiers du Bas-Saint-Laurent dénoncent l'embauche de débroussailleurs de l'extérieur

Réjean Anctil, travailleur forestier dans le Bas-Saint-Laurent, est victime de la crise forestière.

Réjean Anctil, travailleur forestier dans le Bas-Saint-Laurent, est victime de la crise forestière.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des travailleurs forestiers du Bas-Saint-Laurent dénoncent l'emploi de débroussailleurs de l'extérieur pour déboiser les abords de lignes de transport d'électricité d'Hydro-Québec. Depuis plusieurs semaines, une entreprise de l'Abitibi-Témiscamingue qui embauche notamment des travailleurs venus d'Afrique, effectue des opérations en forêt entre Rivière-du-loup et Rimouski. Pendant ce temps, la majorité des travailleurs forestiers de la région sont sans emploi.

Un texte de Sébastien DesrosiersTwitterCourriel

Plusieurs se demandent d'ailleurs pourquoi Hydro-Québec n'impose pas à ses sous-traitants d'embaucher de la main-d'oeuvre locale. Actuellement, une vingtaine de travailleurs effectue les travaux entre Rivière-du-Loup et Rimouski.

« Tout le monde a besoin de travailler, mais pourvu qu'on embauche des travailleurs de notre région d'abord avant d'engager des travailleurs de l'extérieur, dit René Martel, du syndicat des travailleurs sylvicoles. Il y a plein d'entrepreneurs qui seraient prêts à soumissionner avec Hydro-Québec, si Hydro-Québec tenait à entendre à faire travailler le monde au niveau régional. »

« Il y a énormément de travailleurs disponibles en région », assure Réjean Anctil, un travailleur forestier.

Il y a des gens qui ont de la misère à boucler leurs fins de mois, qui ont de la misère faire le tour avec le chômage et pendant ce temps-là, Hydro-Québec laisse des gens de l'extérieur venir sur notre territoire.

Une citation de :Réjean Anctil, travailleur forestier

Hydro-Québec répond qu'elle s'assure de donner des contrats à des compagnies qualifiées, qui embauchent des gens compétents, peu importe d'où sont originaires les travailleurs. 

« Tous les entrepreneurs qui peuvent soumissionner pour des appels d'offres pour la maîtrise de végétation sont des entrepreneurs préqualifiés, indique la porte-parole de la société d'État, Catherine Bujold. Alors quand les gens ont cette qualification-là, ils peuvent soumissionner et nous on donne le contrat au plus bas soumissionnaire conforme. »

D'après les informations de Paul Huot

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec