•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection des truites fardées indigènes : Ottawa est traîné en cour

Chargement de l’image

Truites fardées.

Photo : Parcs Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Association albertaine de la nature intente une poursuite contre le gouvernement fédéral qu'elle accuse d'avoir failli à son obligation de protéger les truites fardées indigènes qui sont une espèce en danger.

L'Association allègue que les populations de truites ont décliné de 95 % dans les contreforts du sud-ouest de la province. Presque tous les cours d'eau qui hébergent ces poissons dans la région seraient menacés par le développement industriel et l'usage excessif, dit le groupe en s'appuyant sur une nouvelle enquête.

En mars 2004, des scientifiques du gouvernement fédéral ont élaboré un plan pour restaurer les truites et déterminer leur habitat. La loi sur les espèces en péril donne 180 jours à Ottawa pour lancer des ordres de protection de ce genre d'habitat. Ottawa n'aurait pas respecté ce délai, soutient l'avocat de l'Association albertaine de la nature.

Shaun Fluker dit que pour les responsables de Pêche et Océans Canada les cours d'eau concernés sont protégés en vertu de la Loi sur les pêches. Toutefois une telle protection relève de la discrétion du ministre et peut être renversée dans certaines circonstances.

Shaun Fluker ajoute que la Cour fédérale a déjà rejeté ce genre d'arguments dans certains cas précédents. Il se demande pourquoi Ottawa n'en tire pas une leçon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !