•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On peut chanter Happy Birthday sans payer de droit d’auteur, confirme un juge

La star de la téléréalité américaine, Kim Kardashian, lors de son 30e anniversaire, à New York en 2010

La star de la téléréalité américaine, Kim Kardashian, lors de son 30e anniversaire, à New York en 2010

Photo : AP Photo/Charles Sykes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un juge fédéral américain a statué que la chanson Happy Birthday to You faisait partie du domaine public.

Cette décision signifie que Warner/Chappell Music Inc., qui recevait les redevances pour l'une des chansons les plus chantées dans le monde, perdra des millions de dollars. La firme les avait obtenus en 1988 pour 15 millions de dollars.

Le juge George H. King a découvert mardi que le droit d'auteur original de la chanson ne portait que sur ses arrangements de piano et non sur ses paroles.

Happy Birthday to You tire son origine d'une chanson populaire pour enfants, Good Morning to All, qui fait partie du domaine public depuis longtemps. Les sœurs Mildred et Patty Hill l'avaient écrite avant 1893.

Les origines de la célèbre chanson sont floues, a conclu le juge. On y a fait référence pour la première fois en 1901 dans un article de journal. Les paroles complètes n'ont été imprimées qu'à partir de 1911.

Des plaignants soulagés

L'une des plaignantes, Rupa Marya, du groupe Rupa and the April Fishes, a applaudi la décision.

Le groupe Rupa and the April FishesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le groupe Rupa & The April Fishes

Photo : Facebook/Rupa & The April Fishes

Pour un disque enregistré en spectacle, Rupa Marya a dû verser 455 $ à Warner/Chappell. Les musiciens du groupe et l'assistance avaient chanté Happy Birthday la veille de son anniversaire.

La poursuite a été lancée il y a deux ans par Good Morning To You Productions Corp. Cette maison de production est en train de travailler sur un documentaire intitulé Happy Birthday. Elle a contesté le droit d'auteur, en faisant valoir que la chanson doit être « dédiée à l'utilisation publique et au domaine public ».

La poursuite a également demandé des dommages-intérêts et la restitution de plus de 5 millions  de dollars en frais de licence récoltés par Warner/Chappell auprès de milliers de gens et de groupes au cours des années.

Warner/Chappell se défend

Warner/Chappell plaide qu'elle ne cherche pas à percevoir des redevances auprès des gens qui chantent Happy Birthday, mais plutôt auprès de ceux qui l'utilisent à but lucratif.

Par voie de communiqué, l'entreprise a affirmé qu'elle analyse la décision du tribunal et qu'elle soupèse ses options.

Selon le Livre Guinness des records, les paroles de Happy Birthday sont les plus célèbres de la langue anglaise. La chanson est aussi chantée dans d'autres langues partout dans le monde.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !