•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jarred Tinordi joue gros

Jarred Tinordi

Jarred Tinordi

Photo : Claus Andersen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Radio-Canada

Les prochains jours risquent d'être déterminants pour Jarred Tinordi. Le défenseur géant se bat pour un poste à la ligne bleue, qui est déjà très bien garnie.

Un texte de Diane SauvéTwitterCourriel

Greg Pateryn a déjà une option sur le poste de septième défenseur en raison de son contrat à un seul volet. Tinordi et Mark Barberio luttent donc en principe pour la huitième place.

Ce qui complique les choses, c'est que le Canadien devra le céder au ballottage avant de l'envoyer dans les mineures. D'autres clubs risquent fort de réclamer le premier choix du Canadien au repêchage de 2010.

Mais le défenseur jure qu'il n'y a même pas pensé. Il préfère parler d'occasion.

« Je suis jeune, j'ai 23 ans, lance Tinordi. Je suis anxieux de faire partie de l'équipe. Je veux faire ma place dans la formation. Mon style de jeu sied bien au Canadien. Et j'ai besoin de le montrer. »

Bien sûr, Jarred Tinordi amène son gros gabarit de 1,98 m et 105 kg (6 pi 6 po/230 lb). Ça plaît bien au personnel d'entraîneurs. Et pour l'entraîneur adjoint Jean-Jacques Daigneault, il a aussi progressé cette année.

« Au camp d'entraînement, il passe bien la rondelle. On veut qu'il soit un bon quart-arrière et qu'il distribue bien la rondelle. Et ce sont toutes des facettes de son jeu qu'il a améliorées. »

Tinordi est fébrile à l'idée de disputer son premier match préparatoire. Surtout qu'il n'a pas joué depuis longtemps, soit depuis sa blessure au poignet qui a nécessité une chirurgie en avril dernier.

S'il a raté l'occasion de s'imposer avec le Tricolore la saison dernière, il a profité de son arrêt forcé pour s'entraîner davantage.

Tinordi a travaillé sur son coup de patin et sur son jeu de pieds. Il tente également de simplifier son jeu.

« Dans le passé, j'essayais toujours de faire le meilleur jeu au lieu du jeu facile, explique Tinordi. Maintenant, dès que je vois un jeu, j'essaie de réagir tout de suite. Pas besoin de faire un jeu de finesse. Un simple jeu fait le travail. »

Et là-dessus, Carey Price abonde. Jarred Tinordi a plusieurs atouts. Il s'agit simplement de ne pas trop penser.

Carey-priceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carey Price à l'entraînement

Photo : Radio-Canada

« Il est à son mieux lorsqu'il ne pense pas trop, raconte Carey Price. Il faut apprendre lors des entraînements et laisser son instinct parler dans les matchs. Il est encore jeune. Il a encore des choses à apprendre, mais j'aime vraiment l'aspect physique de son jeu. »

L'apprentissage des défenseurs est toujours long. Et l'ancien arrière du Canadien Jean-Jacques Daigneault a bien pris soin de le rappeler. Il faut d'abord franchir l'étape de la Ligue américaine avant de se faire la main dans la Ligue nationale.

« Il faut jouer 250-300 matchs pour devenir un bon jeune vétéran. Ce n'est pas facile. J'ai commencé à comprendre comment jouer à la défense quand je suis arrivé à Montréal à 24-25 ans. Il faut être patient avec ces bons jeunes défenseurs-là. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports