•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse d’achalandage au Marché solidarité régionale 

Les explications de Nathalie Tremblay
Radio-Canada

Le Marché solidarité régionale de l'Outaouais tente de relancer ses activités. Depuis son déménagement il y a un an, le marché, qui est une coopérative, connaît une baisse d'achalandage.

Fruits et légumes, viandes de toutes sortes, des fromages ou du chocolat, plus de 50 producteurs de la région offrent leurs produits dans ce marché.

Au cours de la dernière année, plusieurs membres de la coopérative ont cessé de le fréquenter. La nouvelle adresse pourrait expliquer la baisse.

Le marché, qui tenait boutique toute la semaine au centre-ville du secteur de Hull, se trouve maintenant derrière un édifice de la rue Montcalm. De plus, il n'est ouvert que les jeudis et vendredi.

Les administrateurs ne s'alarment pas, mais ont tout de même envoyé une lettre à tous leurs membres pour qu'ils reprennent leurs anciennes habitudes, explique Jean Bélanger, membre du Marché solidarité régionale de l'Outaouais.

On a senti le besoin d'aller chercher des nouveaux membres et réactiver des membres moins actifs ou inactifs. C'était un peu le but de la lettre.

Jean Bélanger, membre du Marché solidarité régionale de l'Outaouais.

Le marché solidarité mise sur ses différences, car contrairement aux marchés publics, il est ouvert à l'année. Même si les grandes chaînes d'épicerie se tournent de plus en plus vers les producteurs locaux, la coopérative est convaincue que sa formule est unique, aux dires du président du conseil d'administration du marché, Jean Ouimet.

« Quand les gens viennent au marché et rencontrent les producteurs et nos produits frais, on rend le contact plus direct, ce qu'une épicerie ne peut pas faire », soutient le président.

Réaménagement des nouveaux locaux et un plus grand espace pour les non membres, les projets ne manquent pas pour le Marché solidarité, qui après sept années d'existence, entend continuer à se démarquer.

D'après un reportage de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Société