•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg : vaincre le racisme, un stéréotype à la fois

Radio-Canada

Un défenseur des droits civiques venu des États-Unis a rendu hommage au maire de Winnipeg pour avoir attaqué de front le racisme qui existe dans sa ville. Gerald Durley, qui a milité aux côtés de Martin Luther King, fait partie des panellistes invités à l'occasion du colloque ONE : le sommet national du maire sur l'inclusion raciale qui a débuté jeudi soir à Winnipeg.

Devant près de 450 personnes réunies dans une salle de conférence au Musée canadien pour les droits de la personne, il est revenu sur son expérience personnelle avec le racisme, mais également sur son combat pour les droits civiques aux côtés de Martin Luther King.

Gerald Durley estime que le colloque offrira à tous les Winnipégois une nouvelle perspective qui permettra de vaincre les stéréotypes et d'apporter un changement.

Les choses ne changent pas forcément parce que les lois changent, mais parce qu'un changement s'opère dans les coeurs lorsque l'on commence à se remettre en question, lorsqu'on change d'attitude. Et cela commence toujours par un petit groupe de personnes

Gerald Durley, défenseur des droits civiques

Un enfant de 11 ans s'est alors levé pour demander comment ce colloque pouvait changer les choses si les gens qui véhiculent des idées racistes ne participent pas au débat dans la pièce.

Gerald Durley lui a répondu que les gens pouvaient se servir de ce qu'ils auront appris pendant ce colloque pour partager le message.

Panel francophone

Parmi les ateliers organisés dans le cadre du colloque, un panel francophone a été réuni avec l'amélioration du respect de la diversité comme thématique.

Le conférencier Ibrahima Dialo, Franco-Manitobain d'origine sénégalaise, a estimé qu'il faut favoriser l'intégration plutôt que le conflit. II a affirmé qu'on ne vient pas au monde raciste. Selon lui, nous le devenons.

La militante Dalida Awada a souligné que le racisme est très pernicieux et est ancré dans la société.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La militante Dalida Awada a souligné que le racisme est très pernicieux et est ancré dans la société.

Photo : Samuel Rancourt

L'étudiante en sociologie et militante sur les questions liées à l'islamophobie, Dalida Awada a également pris part au panel. Elle a souligné que le racisme est très pernicieux et est ancré dans la société. « Un événement comme celui-ci permet de reconnaître le problème du racisme et de le nommer quand il faut le nommer », a-t-elle déclaré.

Elle espère désormais que des pistes de réflexion vont naître et donneront lieu à des solutions concrètes.

« Un pas primordial dans la lutte contre le racisme, c'est d'en parler avant tout », estime Dalida Awada.

Certaines voix discordantes se sont en revanche fait entendre en marge de ce colloque. Plusieurs manifestants autochtones ont manifesté devant le Musée vendredi soir qualifiant l'événement « d'élitiste ». Un colloque alternatif gratuit a d'ailleurs été organisé à quelques centaines de mètres du Musée canadien pour les droits de la personne.

Manitoba

Société