•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens dénoncent les travaux en bordure du lac Massawippi, à Hatley

Des riverains dénoncent les travaux faits sur le bord du lac Massawippi

Des riverains dénoncent les travaux faits sur le bord du lac Massawippi

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des citoyens de Hatley s'interrogent sur des travaux qui sont effectués sur le terrain d'une résidence privée située sur la rive du lac Massawippi. Un propriétaire, situé dans la baie Woodland, a fait arracher la majorité des arbres de la bande riveraine pour les remplacer par des blocs de pierre.

Un texte de Geneviève ProulxTwitterCourriel

Les travaux, qui s'étendent sur une largeur de 150 pieds, étaient toujours en cours vendredi. Une pelle mécanique s'affairait sur place.

Pourtant, la loi oblige les riverains à conserver une bande riveraine de 5 mètres entre le cours d'eau et le terrain. Les riverains estiment que ces travaux vont à l'encontre de la loi, et craignent pour la santé du lac Massawippi.

« Toute la base même de la réglementation que s'est dotée le gouvernement du Québec afin de protéger les cours d'eau, ici, je ne comprends pas », s'indigne Pierre Morency, président de l'Asociation des riverains de la baie Woodland. « Si on a donné un permis, sur quelles bases s'est-on fondées alors qu'on est directement sur le lit du lac? »

Un des résidents de Hatley, Jacques Foisy, affirme pour sa part que le propriétaire ne peut pas plaider l'ignorance, car la municipalité fournit la réglementation à tous les nouveaux résidents. 

Plus personne ne fait ce genre de destruction sauvage. C'est une immense cicatrice sur le lac. C'est vraiment triste. C'est incompréhensible.

Une citation de :Jacques Foisy, résident de Hatley

Le ministère de l'Environnement interdit, entre autres, de :

  • construire ou d'effectuer des travaux qui sont susceptibles de détruire ou de modifier la couverture végétale des rives; de porter le sol à nu ou d'en affecter la stabilité; d'empiéter sur le littoral;
  • remblayer, creuser ou prélever du gravier dans le littoral et la rive d'un lac, d'un cours d'eau ou du fleuve, ainsi qu'en plaine inondable;
  • couper des arbres et des arbustes existants, notamment afin d'installer du gazon;
  • d'aménager une rampe de mise à l'eau ou de recouvrir l'accès aux lacs ou cours d'eau avec des matériaux imperméabilisants tels le béton, l'asphalte, etc.;
  • d'aménager une plage ou d'ajouter du sable sur une plage existante.

La Municipalité de Hatley avait pourtant délivré un permis pour ces travaux, mais celui-ci est échu depuis le 15 septembre dernier. Le nouvel inspecteur soutient qu'il n'était pas au courant de l'ampleur des travaux. Il affirme qu'il va se rendre sur place, au cours des prochains jours, tout comme le maire Denis de Hatley, Denis Ferland, pour constater l'état des lieux.

Le ministère de l'Environnement admet, pour sa part, avoir reçu une plainte. Urgence Environnement a d'ailleurs dépêché un inspecteur sur place pour mener une enquête.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !