•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chute du prix du pétrole : des Acadiens retournent sur les bancs d'école

Vanessa LeCouteur et Sherrie Francoeur ont choisi de quitter l'Ouest canadien et de retourner aux études à Bathurst
Vanessa LeCouteur et Sherrie Francoeur ont choisi de quitter l'Ouest canadien et de retourner aux études à Bathurst Photo: François Vigneault
Radio-Canada

La chute des prix du pétrole dans l'Ouest canadien pousse de nombreux Acadiens qui travaillaient dans cette région à rentrer chez eux. Certains d'entre eux ont choisi de retourner aux études dans l'espoir de trouver un emploi stable et bien rémunéré dans leur région.

Jessie Savoie a été conducteur de machinerie lourde pendant trois ans et demi dans l'Ouest canadien. Il est de retour dans le nord du Nouveau-Brunswick en raison du ralentissement économique. Au lieu de chercher un nouvel emploi, il s'est inscrit en mécanique de machines fixes au Collège communautaire, à Bathurst.

« C'est sûr je vais essayer d'avoir une job, quelque chose de sûr à temps plein par ici. Si je peux rester ici et être chez nous tous les soirs et coucher dans mon lit, ce sera bien plaisant », raconte-t-il.

Vanessa LeCouteur a elle aussi opté pour un retour aux études. Elle a d'abord travaillé comme concierge en Alberta, avant d'obtenir un poste en administration, même sans diplôme.

« J'ai découvert ma passion et ma voie si l'on veut dans l'Ouest. C'est grâce à ça que je suis en administration tout de suite pour ma deuxième année », dit Vanessa LeCouteur.

Après l'obtention de son diplôme, elle rêve d'ouvrir son propre restaurant chez elle, dans la Péninsule acadienne.

« Dans l'Ouest, ce n'est pas un emploi que tu peux compter dessus, ce n'est pas fiable. Aussitôt qu'ils ne t'ont plus besoin, ils te renvoient. Je veux avoir quelque chose de plus fiable », explique-t-elle.

Sherrie Francoeur travaillait aussi en administration dans l'Ouest canadien. Elle veut maintenant parfaire ses connaissances en comptabilité.

« On vient d'acheter une maison. Nos plans sont de rester ici et agrandir notre famille ici. Je vais voir ce qui est disponible, peut-être gouvernemental ou une entreprise chez moi », dit-elle.

Stéphane Comeau était chauffeur de camion. Il est lui aussi victime du ralentissement économique dans l'Ouest.

Tu t'en vas là-bas travailler, c'est un gros sacrifice. Je suis fatigué de ça.

Stéphane Comeau, anciennement chauffeur de camion dans l'Ouest canadien 

Il est de retour sur les bancs d'école avec un objectif bien précis.

« J'ai tout le temps voulu avoir mon diplôme du secondaire. Ça fait longtemps. Avec ça, tu peux ouvrir plusieurs portes. Je ne l'ai pas. C'est un papier qui est bien important d'avoir dans les poches », explique Stéphane Comeau.

La crise du pétrole en Alberta n'a donc pas que des effets néfastes. Elle ramène des travailleurs acadiens chez eux et plusieurs seront bientôt encore mieux qualifiés.

D'après un reportage de François Vigneault

Acadie

Emploi