•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Croisières annulées en raison du mauvais état du rail entre Gaspé et Percé

Le reportage de martin Toulgoat
Radio-Canada

Le mauvais état du rail entre Gaspé et Percé affecte de plus en plus sérieusement l'industrie touristique gaspésienne. En plus des forfaits du train amiral annulés cet automne pour les croisiéristes, des compagnies de croisières ont annulé des escales prévues l'an prochain.

Un texte de Brigitte DubéTwitterCourriel

Ainsi, trois escales de la compagnie de croisière Viking Cruises échapperont à Gaspé, puisqu'on ne peut plus offrir le train touristique jusqu'à Percé.

On est en train de perdre ce client-là pour 2016 qui va reconsidérer ailleurs ses itinéraires sur le Saint-Laurent.

Stéphane Ste-Croix, chef d'Escale Gaspésie

Québec blâmé

En mars dernier, Québec a racheté les 320 kilomètres de rail gaspésien pour lui éviter une faillite et un démantèlement. Transports Québec n'a pas encore investi dans la remise à niveau des installations qu'il a pourtant jugées non sécuritaires après les avoir inspectées.

Le ministère accorde un budget annuel de près de 3 millions $ à la Société du chemin de fer de la Gaspésie, mais cette somme ne permet qu'un entretien minimal.

Le rail gaspésien entre Gaspé et Percé est en piètre étatLe rail gaspésien entre Gaspé et Percé est en piètre état Photo : ICI Radio-Canada

L'opposition péquiste accuse les libéraux d'avoir voulu se faire du capital politique dans le dossier.

C'est clair que le gouvernement du Québec a fait un show de boucane. On a dépossédé la région d'un actif de 30 millions pour 3,9 millions. On passe pour le grand sauveur, on ramasse une mise de 10 pour un et on n'investit pas dans le réseau ferroviaire.

Gaétan Lelièvre, député péquiste de Gaspé

Pour le ministre des Transports, Robert Poëti, rien ne prouve encore que le tronçon Gaspé-Percé peut être rentable.

Ça donnait le temps à la Société du chemin de fer de la Gaspésie de faire un plan d'affaires, que j'attends toujours pour être capable d'évaluer l'expansion et le développement éventuel du train.

Robert Poëti, ministre des Transports

Est du Québec

Économie