•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cai Glover, pas un danseur comme les autres

Le reportage de Valérie-Micaela Bain

Cai Glover n'a rien du danseur traditionnel. Il a perdu l'ouïe à l'âge de 8 ans après avoir contracté la méningite; mais jamais ce handicap ne l'a empêché de poursuivre sa passion.

Un texte de Valerie-Micaela BainTwitterCourriel

La danse fait partie de la vie de Cai depuis l'âge de 10 ans. Originaire de la Colombie-Britannique, c'est sa soeur qui l'a incité à suivre des leçons et à danser le ballet Casse-Noisette. Il a d'abord accepté pour les repas communautaires associés aux représentations du spectacle. Une fois sur scène, Cai Glover s'est senti à sa place.

La première fois que je suis arrivé sur scène, c'est là que j'ai découvert quelque chose que j'aimais faire, que je voulais faire, d'être sur scène et d'avoir l'expérience de partir de la réalité et de se trouver dans un monde différent.

Cai Glover, danseur
Le danseur Cai Glover en répétition avec ses collèguesLe danseur Cai Glover en répétition avec ses collègues

Danser lorsque l'on entend pas toujours la musique

Plus jeune, le britanno-colombien ne s'est jamais identifié comme malentendant. Tout d'abord, il reçoit un implant cochléaire à 9 ans, ce qui lui permet de recouvrer une partie de son ouïe. Lorsqu'il danse, Cai développe des repères visuels, crée des rythmes dans sa tête qui coïncident avec la musique de la danse. Ce n'est qu'à l'âge adulte qu'il accepte sa différence. 

Cependant, son premier implant cochléaire n'est pas à toute épreuve. Le danseur de 29 ans évolue depuis quatre ans au sein de la compagnie professionnelle Cas Public et il est souvent forcé de danser dans le silence lorsque son implant cesse de fonctionner.  « Le tragique et le magnifique de son histoire, c'est que les appareils lâchent souvent pendant qu'il danse », explique Hélène Blackburn, chorégraphe et directrice artistique de la compagnie de danse Cas Public. La sueur qui entre en contact avec le processeur de son implant le rend souvent hors d'usage. Pourtant Hélène Blackburn assure que ça ne lui enlève rien, « ça le rend hyper présent, ça stimule tous les autres sens ».

Quand je perds tout le son, je retourne aux petits trucs que j'ai déjà créés.

Cai Glover, danseur

Un don de la Fondation des sourds du Québec

Grâce à la Fondation des sourds du Québec, le danseur de 29 ans possède maintenant un implant sophistiqué, résistant aux bris causés par la sueur; ce qui lui permet de participer à tous les spectacles sans jamais perdre une note de musique. Néanmoins Cai sait qu'Hélène Blackburn préfère lorsqu'il danse sans son implant cochléaire...Parce qu'il perd l'ouïe, n'a plus rien à perdre, s'abandonne et bouge plus librement.

Une autre tournée pour Cas Public

Cas Public, qui existe depuis maintenant 26 ans, est une troupe professionnelle dont le style est un métissage de danse classique et contemporaine. Cette année encore, la troupe de huit danseurs offrira des représentations en Europe et en Amérique du Nord. La compagnie de danse entamera sa saison le 17 septembre à la Tohu, à Montréal, avec l'oeuvre Symphonie dramatique, une relecture de Roméo et Juliette.  « On est parti du point de vue que ça peut avoir un visage multiple, Roméo et Juliette, donc tout le monde peut être Roméo, tout le monde peut être Juliette, totu le monde peut être Tybalt, peut être Mercutio et on voyage dans cet univers-là. 

Le spectacle à la Tohu est gratuit. 

Arts de la scène

Arts