•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des écologistes veulent protéger une forêt ancienne sur la côte Sunshine

Le campement pour bloquer l'accès aux véhicules des machineries lourdes aux forêts anciennes de Dakota Valley, en Colombie-Britannique

Le campement pour bloquer l'accès aux véhicules des machineries lourdes aux forêts anciennes de Dakota Valley, en Colombie-Britannique

Photo : ICI Radio-Canada Julie Landry

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une dizaine de militants en Colombie-Britannique bloquent l'accès à une route pour préserver la forêt ancienne du bassin versant Dakota, près de Roberts Creek sur la côte Sunshine. Depuis un mois, ils se relaient et campent à l'entrée de la route que la province veut agrandir pour qu'une entreprise puisse abattre des arbres sur ses terres.

Un texte de Julie LandryTwitterCourriel

Selon le groupe Elphinstone Logging Focus (ELF) qui mène le mouvement contestataire, la zone menacée est de 52 hectares. Son directeur Ross Muirhead explique que la zone touchée abrite de nombreuses tanières d'ours, des arbres millénaires, et procure une sécurité pour les réserves d'eau.

On a embauché Wayne McCrory, le plus grand biologiste expert des ours au Canada. Sur deux petites zones, il a identifié cinq tanières encore actives. Avec un système de projection, basé sur des conditions similaires, il estime que la forêt abrite jusqu'à 20 tanières.

Une citation de :Ross Muirhead, Elphinstone Logging Focus

Appel d'offres pour une deuxième fois

Il y a deux ans, BC Timber Sales, qui gère les coupes d'arbres sur les terres de la couronne, a fait un appel d'offres pour faire couper la forêt du bassin versant Dakota. Il n'y avait pas eu d'entreprise intéressée parce qu'il fallait développer le réseau routier pour s'y rendre. Cette fois-ci, la province paye pour développer l'accès et ainsi relancer l'appel d'offres. Mais le groupe ELF, empêche le sous-traitant d'y aller.

« On essaie de sauver ces anciennes forêts parce qu'il n'en reste presque plus », explique Roger Lagassé quei ne campe pas sur le site, mais qui appuie le mouvement. « C'est un vrai trésor, un héritage pour toute l'humanité ces anciennes forêts, » dit-il.

Sa femme Denise Lagassé est du même avis. Et pour elle, l'été extrêmement chaud et sec que la région a connu devrait pousser la province à préserver cette forêt ancienne.

Quand on entre dans la forêt, on sent la fraîcheur sur la peau. Alors ces forêts sont les gardiennes d'eau. Chaque fois qu'on perd une vieille forêt et un autre ruisseau, on perd de l'eau et la planète devient plus chaude.

Une citation de :Denise Lagassé, militante

Le ministère des Forêts indique qu'il n'est pas tenu légalement de protéger les tanières, que la zone touchée n'est pas la dernière forêt ancienne de la région et que l'entreprise qui recevra l'appel d'offres sera tenue de respecter des règlements pour protéger ce bassin versant.

Aucune injonction n'a été déposée pour lever le barrage routier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !