•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autre faux pas musical de Donald Trump

Michael Stipe, de la formation R.E.M.
Michael Stipe, de la formation R.E.M. Photo: AP Photo/Keystone/Steffen Schmidt
Radio-Canada

Après Neil Young, voilà que Donald Trump a prêté flanc aux reproches d'un autre groupe rock pour s'être approprié une chanson.

Les candidats aux primaires républicaines Donald Trump et Ted Cruz ont diffusé la populaire pièce It's The End of The World As We Know It (And I Feel Fine) (traduction libre : C'est la fin du monde tel que nous le connaissons) lors d'un rassemblement mercredi près du Capitole, à Washington, afin de dénoncer l'accord américano-iranien sur le nucléaire, qu'ils considèrent comme « la fin du monde ».

R.E.M. a demandé aux candidats de cesser immédiatement l'utilisation de leur populaire chanson.

« N'oublions pas qu'il y a des choses plus importantes en jeu », a expliqué le groupe originaire de la Georgie au sujet de l'accord signé entre Washington et Téhéran.

Donald Trump lors d’un congrès de religieux conservateurs en IowaDonald Trump lors d’un congrès de religieux conservateurs en Iowa Photo : PC / Nati Harnik/AP

« Les médias et les électeurs américains devraient se concentrer sur le contexte général, et ne pas permettre à des hommes politiques tapageurs de détourner notre attention des problèmes urgents et de la campagne présidentielle », poursuivent-ils dans le communiqué envoyé.

Sur le site d'information The Daily Beast, le leader de la formation Michael Stipe n'a pas mâché ses mots en parlant de Trump comme  d'un « petit homme avide de pouvoir ».

R.E.M. a lancé son dernier album, Collapse Into Now, en 2011, quelques mois avant d'annoncer sa séparation. Le groupe a connu beaucoup de succès au début des années 1990 avec ses albums Out of Time et Automatic for the People. Les pièces Losing My Religion et Man on the Moon figurent parmi ses autres grands succès.

Il ne s'agit pas du premier faux pas musical de Donald Trump depuis quelques mois. Le chanteur de rock canadien Neil Young avait vertement critiqué le magnat de l'immobilier pour avoir utilisé une de ses chansons lors du lancement de sa campagne en juin. S'en était suivie une guerre de mots par médias interposés.

Donald Trump et Neil YoungDonald Trump et Neil Young Photo : Twitter/Donald J. Trump

La pièce Rockin' In The Free World avait été diffusée pendant l'événement.

Le chanteur avait alors rappelé qu'il soutenait le sénateur du Vermont Bernie Sanders, défenseur affiché de politiques orientées à gauche qui brigue l'investiture démocrate.

Par contre, Donald Trump a reçu l'autorisation de Dee Snider, leader de la formation de heavy metal Twisted Sister pour utiliser son grand succès We're Not Gonna Take It.

Avec les informations de Agence France-Presse

Musique

Arts