•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Laval veut prendre la tête de l'opposition au pipeline Énergie Est

    Le trajet de l'oléoduc Énergie Est de TransCanada (archives)
    Le trajet de l'oléoduc Énergie Est de TransCanada (archives) Photo: La Presse canadienne / Jeff McIntosh

    La Ville de Laval clamera haut et fort demain son opposition au projet de pipeline Énergie Est. Radio-Canada a appris que le maire Marc Demers souhaite prendre la tête d'une coalition municipale et citoyenne pour barrer la route à TransCanada.

    Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

    À moins d'une semaine du début des consultations publiques sur le projet d'oléoduc Énergie Est, l'opposition s'organise. Laval dévoilera jeudi un mémoire où elle s'oppose à TransCanada, appuyée par des experts.

    Le maire Marc Demers compte rallier derrière lui les dizaines de municipalités qui ont déjà fait part de leur opposition ou de leurs inquiétudes quant aux intentions de la compagnie d'acheminer 1,1 million de barils par jour de l'Alberta jusqu'au Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec.

    Version non définitive du tracé du projet d'oléoduc Énergie Est dans la région de MontréalVersion non définitive du tracé du projet d'oléoduc Énergie Est dans la région de Montréal Photo : CMM

    TransCanada réagira demain à cette nouvelle, après la conférence du maire de Laval, prévue à 13h.

    Aujourd'hui, la Ville de Terrebonne a dévoilé son propre mémoire où elle s'oppose au projet de pipeline « dans sa forme actuelle ». Ce document est publié dans le cadre des consultations publiques organisées à partir du 15 septembre par la Communauté métropolitaine de Montréal. TransCanada a déjà fait savoir qu'elle n'y participerait pas.

    Nous nous questionnons sur différents aspects du projet proposé, notamment en ce qui a trait à la sécurité et aux mesures d’intervention en cas de déversement. C’est plus d’un million de barils par jour et nous ne sommes pas satisfaits des réponses fournies à ce jour par TransCanada.

    Jean-Marc Robitaille, maire de Terrebonne

    Extrait du mémoire de Terrebonne

    « L'une des principales préoccupations est la sécurité et la préservation de l'eau. À cet égard, la Ville constate qu'Énergie Est n'a pas procédé aux études d'impact nécessaires puisque le projet ne fournit pas de données quant à la vulnérabilité des aquifères sur le territoire de Terrebonne. S'ajoutent à cela des inquiétudes quant à la protection des milieux naturels et des terres agricoles, en plus de constater que le projet causerait la perte d'espaces boisés pour lesquels TransCanada ne propose pas de compensation financière adéquate. »

    Dans le cadre des consultations publiques, 154 citoyens et organisations ont fait part de leur intention de déposer un mémoire auprès de la Communuauté métropolitaine de Montréal et 74 présentations devant la commission sont prévues.

    La première séance de consultation se tiendra le 15 septembre 2015 à Boucherville. Les suivantes seront le 17 à Saint-Constant, le 23 à Montréal puis le 29 à Laval. D'autres dates sont prévues.

    Société