•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'état des infrastructures de l'Université de Regina préoccupe

Un toit de l'édifice de la Cité universitaire francophone à l'Université de Regina coule.

Un toit de l'édifice de la Cité universitaire francophone à l'Université de Regina coule.

Photo : Jacaudrey Charbonneau/ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'état pitoyable des infrastructures du campus de l'Université de Regina inquiète l'administration, le personnel et les étudiants de l'établissement.

Dans ses prévisions d'exploitation pour 2015-2016, l'administration de l'Université estime à 307 millions $ l'ensemble des rénovations nécessaires sur le campus. Le rapport estime que près du quart de la toiture se désintègre, en raison de fuites à plus de 60 emplacements qui nécessitent un remplacement complet.

Des bâches et des tuyaux sont installés en appoint au plafond de certaines classes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des bâches et des tuyaux sont installés en appoint au plafond de certaines classes.

Photo : CBC

Le toit qui coule et les infrastructures vieillissantes préoccupent le président de l'Association des professeurs de l'Université de Regina, Dennis Fitzpatrick. Il affirme que ses collègues et lui voudraient travailler dans un endroit adéquat pour les étudiants.

Or, l'état des installations est tel que des équipements d'appoint, comme des bocaux, des tuyaux et des bâches, se trouvent dans plusieurs classes.

L'étudiante Shay Harper veut que le problème devienne une priorité. « Si les édifices sont en bonne condition, c'est une bonne idée. Il n'y a pas beaucoup des gens qui viennent ici pour étudier donc ils devraient faire des choses pour les étudiants qui viennent ici », soutient-elle.

Andreas Krebs, qui commence cette année ses études universitaires, n'a pas remarqué les équipements d'appoint, mais lorsqu'informé du contenu du rapport, il a tenu à noter que la situation est préoccupante. « Ça sonne un peu [comme] une cloche d'alarme parce que je sais que beaucoup des problèmes n'apparaissent pas exactement tout de suite, alors il peut y avoir des problèmes qui sont un peu plus cachés, alors ça m'inquiète un peu », a-t-il déclaré.

L'Université demande davantage de financement

L'Université de Regina estime qu'elle devrait recevoir trois fois plus de financement de la part de la province pour assurer un entretien minimal de ses infrastructures.

Le financement provincial de l'Université pour l'entretien préventif et les réparations courantes a diminué de plus de 2,5 millions $ au cours des dernières années. En 2009-2010, il s'élevait à 7,7 millions $, alors qu'il se situe à 5,1 millions $ pour l'année 2015-2016.

La province souligne que le gouvernement n'est pas la seule source de financement de l'Université, qui est responsable d'établir ses priorités et de gérer son budget.

La commissaire à l'Éducation supérieure, Louise Greenberg, indique par ailleurs que les universités utilisent souvent des cas extrêmes et un langage exagéré pour attirer l'attention du gouvernement sur leurs problèmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !