•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour qui ont voté vos voisins? Ça dépend de leur revenu familial

Pour qui ont voté vos voisins? Ça dépend de leur revenu familial

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une analyse des données électorales de 2011 révèle une différence marquée entre les choix des quartiers riches et des quartiers moins nantis à Winnipeg. Selon le politologue Raymond Hébert, la carte élaborée par Radio-Canada met en évidence les différences sociales de la capitale manitobaine.

« Plus on se dirige vers le centre de Winnipeg, plus c'est néo-démocrate, » souligne-t-il. « À mesure qu'on se dirige vers les nouvelles subdivisions, il y a plus d'argent, donc les gens ont tendance à voter conservateur. »

Essayez notre carte interactive

Pour découvrir pour qui ont voté vos voisins, rendez-vous à ICI.Radio-Canada.ca/vote-voisins, entrez votre adresse, votre code postal ou votre ville pour zoomer sur votre zone, puis cliquez sur la carte pour plus de détails.

Développée en partenariat avec l'École polytechnique de Montréal à partir des données d'Élections Canada, cette carte est la représentation la plus précise possible des résultats des dernières élections fédérales générales.

Saint-Boniface : scindé en deux

L'analyse des données électorales de 2011 révèle que la circonscription de Saint-Boniface est divisée en deux : le nord-ouest qui a voté pour le Parti libéral, et le sud qui a voté pour la conservatrice Shelly Glover.

Le Parti libéral n'a remporté aucun bureau de vote à l'est de la rue Archibald et a seulement remporté la victoire dans deux bureaux de vote au sud de l'avenue Carrière.

« Ça devient finalement un petit îlot de quelques rues dans le nord de Saint-Boniface. »

— Une citation de  Raymond Hébert, politologue

« Ça indique qu'il y a un attachement pour les francophones [plus nombreux dans le nord de la circonscription] pour le Parti libéral, » remarque Raymond Hébert.

Mais M. Hébert affirme qu'on assiste depuis quelques années à l'effritement de cette allégeance. « La ligne de démarcation entre le rouge et le bleu se rétrécit du côté libéral d'une élection à l'autre, » signale Raymond Hébert. « La ligne bleue se dirige de plus en plus vers le nord. C'est une tendance vue au cours de plusieurs élections. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !