•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les provinces de l'Atlantique se mobilisent pour aider les réfugiés syriens

Des manifestants à Saint-Jean demandent au gouvernement canadien d'ouvrir ses frontières aux réfugiés.

Des manifestants à Saint-Jean demandent au gouvernement canadien d'ouvrir ses frontières aux réfugiés.

Photo : CBC/Laura Howells

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick veut accueillir plus de réfugiés du monde entier. La ministre de l'Immigration de la province, Francine Landry, a écrit au ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration du Canada, Chris Alexander.

On peut y lire : « Compte tenu de la crise humanitaire actuelle, je tiens à vous rappeler que notre province est prête à participer à tout effort de réétablissement des réfugiés que le Canada pourrait entreprendre à l'égard de la Syrie ».

La ministre ajoute : « Le Nouveau-Brunswick doit également relever des défis en ce qui concerne la croissance démographique, qui est un élément essentiel pour notre priorité principale, soit la création d'emplois ».

Pour lire la lettre complète envoyée par la ministre (Nouvelle fenêtre)

La ministre Francine Landry dit vouloir accélérer le processus du parrainage du gouvernement. « Pour des raisons humanitaires, nous avons une responsabilité morale de trouver une façon d'accueillir ces réfugiés, de leur souhaiter la bienvenue. Ils risquent leur vie pour avoir une nouvelle vie », explique-t-elle. 

Mme Landry ajoute avoir été grandement touchée par l'histoire du petit Ayan Kurdi. 

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a d'ailleurs annoncé qu'il donnera 50 000 $ aux efforts d'aide en Syrie. Depuis 2010, 33 réfugiés syriens ont trouvé asile au Nouveau-Brunswick.

Vendredi, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a lui aussi offert 50 000 $ aux Nations Unies pour l'aide aux réfugiés syriens. La ministre de la Justice de la Nouvelle-Écosse, Diana Whalen, avait alors invité les autres provinces canadiennes à faire la même chose.

Du côté de l'Île-du-Prince-Édouard, le chef du Nouveau Parti démocratique presse le gouvernement provincial d'en faire plus pour venir en aide aux réfugiés syriens.

Mike Redmond demande au premier ministre, Wade MacLauchlan, de faire des pressions sur Ottawa pour permettre à plus de réfugiés de s'établir au pays. Il réclame d'ailleurs une session législative d'urgence pour discuter de la situation.

Manifestation à Terre-Neuve

Dimanche, plus de 150 personnes ont marché à Saint-Jean, Terre-Neuve, pour demander au gouvernement canadien d'ouvrir ses frontières aux réfugiés syriens.

« Ceci est un gros problème, un problème mondial. Le Canada doit en faire plus pour assumer ses responsabilités sur la scène mondiale », a martelé Jon Parsons, organisateur de la marche.  

Eyad Sakkar, un manifestant d’origine syrienne.

Eyad Sakkar, un manifestant d’origine syrienne.

Photo : CBC

« L'image de l'enfant sur la rive, face vers le bas, m'a brisé le coeur. J'ai pleuré, pleuré et pleuré. Encore, chaque fois que je la regarde, je ne peux pas arrêter de pleurer », lance Eyad Sakkar, un manifestant d'origine syrienne.

« Ces gens ont besoin de notre aide. La volonté est là, vous tous, je suis sûr que vous pouvez aider. Mais le gouvernement doit rendre ça possible », ajoute M. Sakkar.

Acadie

Société