•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regina : un règlement interdit les meubles usagés dans des logements sociaux

L'immeuble à logements Prairie Place, à Regina.

L'immeuble à logements Prairie Place, à Regina.

Photo : ICI Radio-Canada/Félix Morrissette-Beaulieu

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un règlement empêchant les résidents du complexe d'appartements Prairie Place d'apporter du matériel de seconde main dans leur logement de crainte de voir des infestations de punaises de lits soulève des questions.

Les résidents se sont fait demander d'éviter d'amener du matériel comme des meubles, de la literie ou des livres provenant de ventes-débarras, de magasins d'occasion ou encore de dons de leur famille. L'avis provenant de la Regina Housing Authority indique qu'il s'agit d'empêcher toute infestation dans l'immeuble.

Certains des résidents ont signé une pétition contre ce règlement, le jugeant injuste. Le Prairie Place est un immeuble de logements sociaux et les locataires ne sont souvent pas en mesure de s'offrir du matériel neuf, selon certains. L'avis explique aussi que les résidents qui ne respectent pas ces règles pourraient se voir refiler la facture d'une extermination de punaises de lits ou même, évincer.

Le directeur de l'Office of Residential Tenancies de la Saskatchewan, agence indépendante de la province qui informe la population sur les droits et devoirs des propriétaires et des locataires, espère que les deux partis se rencontreront et discuteront de la situation avant de recourir à d'autres mesures.

« Nous recommandons fortement que les propriétaires et les locataires communiquent efficacement. Cela réduit grandement le nombre de problèmes qu'ils peuvent avoir. »

— Une citation de  Dale Beck, directeur, Office of Residential Tenancies

Dale Beck souligne que le propriétaire a le droit d'établir des mesures raisonnables pour assurer la salubrité de son immeuble, mais qu'il est interdit d'évincer quelqu'un en Saskatchewan en tout temps, même si on le soupçonne d'amener par mégarde des punaises de lits dans leur logement. Ce genre de décision doit être prise par la Cour du Banc de la reine.

Pour l'instant, Dale Beck n'a reçu aucune plainte de la part des propriétaires et des résidents.

La Regina Housing Authority dit pour sa part que l'avis a généré une réaction plus forte que prévu par voie de communiqué. Elle croit qu'une rencontre avec les résidents pourrait répondre aux nombreuses questions, mais n'a pas été en mesure d'établir une date pour cette rencontre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !